L'Union bancaire privée (UBP), basée à Genève, va licencier 38 de ses 70 collaborateurs au Luxembourg. Les négociations engagées avec les syndicats luxembourgeois sur le montant du plan social ont échoué et le litige va être porté auprès de l'Office national de conciliation.

Selon le porte-parole de la banque, Michael Wyler, cette réduction drastique des effectifs de la filiale luxembourgeoise est une conséquence de la fusion, l'an dernier, de l'UBP avec un autre établissement suisse, la Discount Bank and Trust. «Les activités de gestion de fortune et de dépositaire ne seront pas affectées mais nous n'offrirons plus qu'une seule gamme de fonds de placement au lieu de deux», a-t-il expliqué au Temps. Cette activité sera en outre confiée («outsourcée») à la société luxembourgeoise EFA, filiale de la Kredietbank.

La banque indique avoir offert aux employés licenciés des compensations financières largement supérieures aux minima en vigueur au Luxembourg. Mais sa proposition semble très insuffisante au syndicat luxembourgeois ALEBA, qui défend les employés de banque: dans un communiqué daté du 25 juillet, ce dernier dénonce «l'attitude irresponsable des représentants patronaux» qui ont refusé de réduire le nombre de licenciements prévus. Il accuse «des envoyés suisses et des avocats patronaux» d'avoir fait échouer les négociations. Il reviendra à l'Office national de conciliation de fixer le montant que la banque devra consacrer au plan social.

A la suite de la fusion avec la Discount Bank, l'UBP avait annoncé l'an dernier une diminution de ses effectifs de 1170 à 893 postes dans le monde. Les licenciements au Luxembourg s'inscrivent dans le cadre de cette restructuration et ne devraient pas accroître le nombre total de suppressions de postes annoncé.