Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, déclare la guerre de l'euro contre le dollar.
© Patrick Seeger/EPA

Monnaies

L’UE veut défier la toute-puissance du dollar

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, promet une initiative avant la fin de l’année pour faire de l’euro une devise forte. A présent, celui-ci ne pèse que 20% des transactions internationales et des réserves des banques centrales

Faire de l’euro une devise internationale forte. C’est l’un des objectifs pressants que s’est donnés Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, lors de son discours sur l’«état de la nation» prononcé mercredi devant le Parlement européen à Strasbourg. Son dernier puisqu’il quitte ses fonctions en septembre 2019 après un mandat de cinq ans.

«Il est aberrant et ridicule que les compagnies européennes de transport aérien achètent des Airbus et paient en dollars, a-t-il dénoncé. Nous payons 80% de nos importations énergétiques en monnaie américaine alors même que seulement 2% viennent des Etats-Unis.» L’Union européenne (UE) s’approvisionne principalement auprès de la Russie et des pays du Golfe.

Lire aussi: Le dollar reste une arme politique puissante

«La Commission lancera une initiative avant la fin de l’année afin que l’UE puisse réduire sa dépendance financière des Etats-Unis, a poursuivi Jean-Claude Juncker. L’euro doit devenir un instrument actif de la souveraineté européenne.» Allant au bout de sa pensée, il a appelé à mettre de l’ordre dans la maison, de cesser les divisions internes qui constituent un handicap pour que l’UE pèse de tout son poids sur la scène internationale.

Dollar roi dominant

La démarche de Jean-Claude Juncker s’explique: les Etats-Unis n’hésitent pas à utiliser l’arme de la toute-puissance du dollar pour promouvoir leur politique extérieure. Par exemple, ils menacent d’exclure toute entreprise de leur marché des capitaux si elle poursuit ses affaires en Iran. Total et d’autres multinationales ne viennent-elles pas d’y cesser leurs activités bien prometteuses? En réaction, le ministre allemand des Affaires étrangères avait proposé de mettre en place un système alternatif des paiements internationaux afin qu’elles puissent rester en Iran.

Le dollar est, c’est vrai, le roi dominant des flux financiers. Environ 60% des paiements domestiques et internationaux sont effectués au moyen du billet vert. La part de l’euro se limite à 20%. Viennent ensuite la livre sterling britannique, le yen japonais et le renminbi chinois. «Les mêmes proportions s’appliquent aux réserves internationales des banques centrales, aux prêts internationaux ainsi que dans les marchés des dettes, explique Valentin Bissat, économiste senior chez Mirabaud Asset Management à Genève. Introduit en 1990, et monnaie courante dans 19 pays, l’euro est surtout une monnaie de diversification dans son panier de devises.»

Pas un objectif en soi

«On ne décrète pas une monnaie comme étant une devise internationale, poursuit l’économiste genevois. Celle-ci est le résultat de plusieurs critères: la taille du pays émetteur, la liquidité et la profondeur du marché des capitaux et, enfin, la confiance qu’elle inspire aux investisseurs.»

Lire également: Trump et la fin du dollar roi?

Valentin Bissat fait encore remarquer qu’avoir une monnaie internationale ne devrait pas être un objectif en soi. «Mais si telle est l’ambition de l’UE, elle devra notamment approfondir l’Union économique et monétaire, et unifier et développer le marché des capitaux.» A l’heure actuelle, chaque pays possède sa propre réglementation et son propre marché obligataire avec une liquidité limitée.

L’économiste de Mirabaud rappelle que plusieurs pays veulent une monnaie internationale, mais ne remplissent pas toutes les conditions. «La Chine par exemple, ne dispose pas d’un marché des capitaux ouvert», fait-il remarquer.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)