Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Bruno Lemaire, ministre français de l'Economie, et Wilbur Ross, secrétaire d'Etat américain au Commerce, ont négocié encore vendredi matin pour éviter la surtaxe américaine sur l'acier et l'aluminium européen.
© Jacques Demarthon/AFP Photo

Commerce

L’UE veut éviter l’escalade avec les Etats-Unis

Washington a mis fin à l’exemption temporaire sur les droits de douane sur l’acier et l’aluminium importés d’Europe. Un diplomate français temporise face à la décision américaine

Le président français, Emmanuel Macron, a dit jeudi soir à Donald Trump, au cours d'un entretien téléphonique, que sa décision d'imposer des taxes sur l'importation d'acier et d'aluminium de l'UE était «illégale», «une erreur» et que l'UE riposterait «de manière ferme et proportionnée», a fait savoir l'Elysée. Le président français, qui a noué des liens d'amitié avec son homologue américain, l'a aussi appelé à participer à des négociations avec l'UE, la Chine et le Japon pour renforcer les règles de l'Organisation mondiale du commerce.

L’Union européenne (UE) ne veut pas entrer dans une logique de guerre commerciale en dépit de la décision américaine d’imposer une surtaxe de 25% sur l’acier et de 10% sur aluminium en provenance de ses Etats membres à partir de ce vendredi. Malgré les premières réactions promettant «des mesures de rétorsion qui seront annoncées dans les heures qui suivent», Bruxelles souhaite poursuivre le dialogue. La surtaxe imposée au nom de la sécurité nationale s’étend également au Canada et au Mexique.

Lire aussi: Aucun pays ne sera exempté des taxes américaines sur l’acier et l’aluminium

En effet, l’UE prendra quelques semaines pour évaluer l’impact de la décision américaine, avant d’imposer à son tour des mesures de sauvegarde. Elle viserait éventuellement les motos Harley-Davidson, le beurre de cacahuètes, le jus d’orange californien, le whisky Jack Daniel’s et des jeans Levis. Il ne s’agira pas de contre-attaque, mais de rééquilibrage, a déclaré un diplomate français qui ne souhaite pas être cité, jeudi en fin de journée.

«Amis et alliés de longue date»

Quelques heures plus tôt, Wilbur Ross, secrétaire d’Etat au Commerce, avait annoncé que les progrès dans les négociations n’étaient pas suffisants pour prolonger la période d’exemption ou accorder une exemption permanente à l’UE. «Washington a utilisé la menace de restrictions commerciales comme levier pour obtenir des concessions de la part de Bruxelles, a commenté Cecilia Malmström, la commissaire européenne au Commerce. Ce n’est pas la manière que nous avons de faire des affaires, et certainement pas entre partenaires, amis et alliés de longue date.»

Et encore: L’UE prête à se défendre face aux taxes américaines, l’OMC craint l’escalade

En 2017, l’UE a exporté de l’acier et de l’aluminium pour 6,4 milliards d’euros. La part française s’élève à 700 millions d’euros. En réalité, ce sont les exportations allemandes qui feront en premier les frais de la décision américaine. Sans surprise, la bourse de Francfort a terminé en baisse jeudi, son indice vedette DAX lâchant 1,40%.

Du côté de la Suisse, la surtaxe sur des produits en acier et en aluminium en vigueur depuis le 23 mars est maintenue. «Berne examine toutes les options pour mieux défendre ses intérêts, a expliqué jeudi le Secrétariat d’Etat à l’économie. Il est essentiel que les options soient conformes aux règles de l’OMC.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)