L'Union européenne a présenté devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une proposition visant à réduire quasiment à zéro les tarifs douaniers sur les textiles, les vêtements et les chaussures, a indiqué lundi la mission de l'UE à Genève. La réduction des tarifs non agricoles est l'un des principaux dossiers du cycle commercial de Doha, dont la conclusion est attendue pour fin 2004. Les 144 pays membres se sont fixé pour objectif de trouver un accord sur les modalités de ces négociations d'ici le printemps 2003.

La proposition européenne vise à comprimer tous les tarifs non agricoles à l'intérieur d'une fourchette basse et les pics tarifaires, sans préciser pour autant son offre.

Un secteur clé

Rappelant dans un communiqué que «le développement est au cœur des négociations de Doha», l'UE suggère des gestes «encore plus audacieux» pour des produits ayant un intérêt particulier pour les pays en développement et moins avancés. Pour l'heure, le marché européen est sujet à de nombreuses mesures qui limitent les importations de textiles, pour protéger les industries de textiles notamment en France, en Italie, en Espagne et au Portugal.

Comme les denrées agricoles, le textile est un secteur-clé pour lequel les pays en développement ont un avantage compétitif et demandent avec véhémence l'ouverture des marchés mondiaux. Ils réclament en particulier l'abolition de pics tarifaires contribuant à protéger l'industrie des pays industrialisés. Les exportations mondiales de textiles ont décru en 2001 plus que la moyenne des autres marchandises. La part des textiles dans le commerce mondial est passée de 3,1% en 1990 à 2,5% l'an dernier.

LT