Mais où sont les Facebook ou Tencent européens? Où sont ses Silicon Valley ou Shenzhen? La réponse de la Commission européenne est sans ambages. «Nous sommes passés à côté de la première révolution internet qui a vu l’émergence des champions technologiques basés sur les données personnelles tant aux Etats-Unis qu’en Chine, a déclaré mercredi Thierry Breton, commissaire européen chargé du Marché intérieur. Mais nous pouvons participer à la deuxième révolution qui concerne la collecte et l’exploitation des données industrielles et publiques. Nous avons même le potentiel d’être leaders en la matière.»

Lire également: A quand un champion numérique européen?