C'est à un Bernois qu'a été confiée l'organisation technique de l'Euro. Natif de Frutigen, âgé de 45 ans, spécialiste en marketing, Martin Kallen a pris la direction d'Euro 2008 SA après avoir occupé la fonction de responsable de la manifestation précédente au Portugal en 2004.

Le Temps: En n'accordant à sa société organisatrice qu'une part modeste des revenus tirés de l'Euro, l'UEFA n'a-t-elle pas créé artificiellement une situation de rareté des ressources dont vous auriez besoin?

Martin Kallen: L'UEFA veut maximiser ses revenus tirés de la tenue de l'Euro 2008. Elle le fait dans le but de redistribuer le plus d'argent possible à ses 53 fédérations nationales et à ses programmes de solidarité.

- Les mesures de protection des sponsors dans les stades sont ressenties par une part de l'opinion comme inutilement vexatoires. Peuvent -elles endommager l'image de la manifestation?

- L'organisation doit être impeccable afin que les 31 matches qui seront joués produisent de la valeur. Notre source de revenu, c'est l'exploitation des droits d'auteur associés à l'exercice du football dans le cadre de notre tournoi. Or, leur valeur n'a pas cessé de croître depuis les années 1960, cela grâce à l'excellence de l'organisation. Grâce à elle, le déroulement des matches est de bonne qualité et le public est satisfait. C'est pour la même raison que nous limitons le nombre de nos sponsors. Si vous en avez trop, la valeur de leurs contributions baissera car la visibilité de leurs marques en est diminuée. Un nombre limité de partenaires est le garant d'une rentabilité maximisée.

- Cette recherche de l'exclusivité en faveur de vos sponsors vous force-t-elle à mener la chasse aux profiteurs?

- Nous employons des personnes chargées de détecter les tentatives d'ambush marketing dans chaque stade. Des entreprises cherchent à associer à leur marque l'image développée par l'Euro sans avoir payé le droit de le faire. Par exemple, certaines font cadeau de vêtements portant un logo différent de celui des sponsors à une grande quantité de spectateurs juste avant qu'ils n'entrent au stade pour assister aux matches. Nous voulons éviter à tout prix une telle invasion. En revanche, nous n'allons pas empêcher qu'un spectateur isolé assiste au spectacle même s'il revêt le T-shirt d'une marque concurrente à celles de nos sponsors. C'est une question de proportion. Nos gardiens de sécurité ont été formés dans ce sens.