Architecture

L’UIT va changer d’antenne

En 2024, l’Union internationale des télécommunications emménagera dans son nouveau siège genevois. Un bâtiment transparent avec un jardin intérieur spectaculaire, signé par l’architecte genevois Christian Dupraz

Le bâtiment devrait être inauguré en 2024. Autant dire demain sur l’échelle temporelle de l’architecture. Mais on a déjà hâte de voir à quoi ressemblera le nouvel emblème du siège de l’Union internationale des télécommunications (UIT), installée en Suisse depuis 1868, ce qui en fait la plus ancienne des organisations internationales existantes.

Le siège de l’UIT se répartit aujourd’hui entre trois bâtiments situés dans le secteur de la place des Nations à Genève. Dans l’ordre chronologique de leur construction, le premier, qui longe la rue de Varembé, a été construit par André Bordigoni en 1962, suivi par la tour pentagonale édifiée juste à côté dès 1973 par Didier, son fils, et le dernier construit par Jean-Jacques Oberson et Maurice Currat en 1999. Le nouveau bâtiment sera signé par le Genevois Christian Dupraz, qui remportait en début d’année le concours international d’architecture organisé par l’UIT et auquel ont pris part 70 candidats du monde entier. Ce projet d’envergure bénéficie d’une enveloppe budgétaire de l’ordre de 150 millions de francs.

«Multiplier les lieux de conversations»

«Le bâtiment dit «Varembé», qui va être détruit, compte actuellement 350 places de travail. Le nouveau en aura 720, avec en plus 1000 places de réunion. Il y aura un espace ouvert sur un jardin intérieur au deuxième étage», explique l’architecte, qui s’est occupé de la rénovation du conservatoire du Jardin botanique et vient d’achever l’agrandissement du hall des départs de l’aéroport de Cointrin. «L’UIT est une organisation où les délégués du monde entier discutent et négocient énormément. Le cahier des charges demandait de trouver le moyen de multiplier les points de conversations. Parler et se rencontrer sont les fonctions premières de cette construction.»

En cela, l’UIT est très différente de l’ONU. En effet, outre ses 193 Etats membres, elle est également composée – et c’est unique dans le système des Nations unies – d’entités essentiellement issues du secteur privé, au nombre d’environ 800, qui représentent aussi bien des opérateurs de télécoms et d’internet (comme Facebook, Google ou Alibaba) que des fabricants d’équipements ou des régulateurs.

C’est là que sont développés la plupart des standards techniques internationaux en matière de télécommunications, à l’instar du format vidéo H264, et c’est aussi l’organisation qui est chargée de la régulation et de la gestion du spectre radio et des transmissions par satellites. L’UIT est le forum mondial où les décideurs du monde entier en matière de technologies de l’information et de la communication se retrouvent pour débattre et convenir de l’avenir de ces technologies.

Poumon vert

Ces espaces de réunion, Christian Dupraz les a imaginés comme des plateformes circulaires flottant sur plusieurs niveaux. «Ces plateaux suspendus vont contraster avec l’aspect très carré de la façade, couverte de verre miroitant translucide et longue de 150 mètres. A l’intérieur, la plupart des bureaux ne seront plus fixes. Les employés et les délégués pourront être mobiles avec la possibilité de se connecter depuis n’importe quel endroit du bâtiment.» Surtout, il y aura le jardin intérieur, le poumon vert du nouveau siège pensé en toute transparence. «On plantera des arbres de 15 mètres de haut. Un système climatologique fera en sorte qu’ils dispensent une fraîcheur naturelle pendant l’été.»

L’autre changement majeur du nouveau plan concerne l’entrée de l’édifice. Jusqu’à présent, le visiteur pénètre dans l’UIT par la porte située rue Varembé. «Le maître d’ouvrage a décidé de profiter de l’espace que lui offre l’avenue Giuseppe-Motta. Le fait d’accéder au bâtiment par cette voie ouvre une perspective spectaculaire de 300 mètres de long sur la place des Nations avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle à gauche et l’ONU dans le fond», explique Christian Dupraz. Sans oublier la future Cité de la Musique qui s’élèvera en face et qui sera construite par Pierre-Alain Dupraz, son frère, lui aussi architecte.

Possible vente à un groupe hôtelier

«Ce nouveau bâtiment sera emblématique, à la pointe de la technologie, et permettra ainsi la mise en œuvre de procédures de travail modernes, qui amélioreront considérablement l’environnement de travail des délégués et du personnel pour les années à venir», imagine déjà Malcolm Johnson, vice-secrétaire général de l’UIT.

Et que va-t-il advenir des trois bâtiments existants? Le nouveau sera construit sur l’emplacement historique et celui d’Oberson et Currat pourrait être affecté à d’autres fonctions, voire peut-être loué. La tour? Elle est un peu vintage et offre, à mesure qu’on monte dans les étages, une vue à 360 degrés à couper le souffle sur le Jura et le Mont-Blanc. Elle possède aussi une immense salle de conférences au sous-sol. L’UIT envisage de la vendre, pourquoi pas à un groupe hôtelier. Il faut dire que dans le quartier, à part l’Intercontinental et ses tarifs cinq étoiles, l’offre est faible. Et les visiteurs sont nombreux à souhaiter séjourner au cœur de la Genève internationale.

Publicité