Innovation

Des lunettes de soleil pour écouter de la musique

La start-up américaine Zungle a lancé une campagne de financement sur Kickstarter

La start-up américaine Zungle a développé une paire de lunettes qui permet de répondre au téléphone et d’écouter de la musique par les os du crâne. Connectée à son smartphone par bluetooth, elle renferme dans ses branches des haut-parleurs dont les vibrations sont capables de se propager jusqu’à la cochlée. C’est ce qu’on appelle de la transduction osseuse.

Le 16 juin, Zungle a lancé une campagne pour trouver des fonds sur le site de financement participatif Kickstarter. La start-up de Los Angeles cherche à récolter 50 000 dollars afin de financer la production de ses lunettes en Corée. Jeudi matin, à 11h00, elle avait déjà trouvé près d’un demi-million de dollars auprès de 3400 contributeurs. L’opération sera clôturée le 16 juillet.

Ces lunettes de 45 grammes, disponibles en cinq couleurs, sont équipées d’une batterie dont l’autonomie se situe entre une et quatre heures de son non-stop. Son prix: 89 dollars en précommande, avec une livraison prévue en décembre.

Issu de la recherche militaire

La transduction osseuse n’est en soi pas une technologie nouvelle. Elle est issue de la recherche militaire. Dans les casques classiques, le son est capté par le pavillon, c’est-à-dire la partie visible de l’oreille. Les ondes empruntent alors le conduit auditif pour mettre en vibration le tympan. Des osselets amplifient alors le signal pour le transmettre à la cochlée dont le rôle est d’analyser l’onde sonore puis de transmettre l’information au cerveau.

Dans le cas d’un casque à vibration osseuse ou des lunettes de Zungle, des vibrations imperceptibles sont transmises sur les os de la mâchoire et de la tempe. Ces ondes vont se propager dans les os du crâne jusqu’à la cochlée qui pourra traiter le signal sonore. La musique du casque et les sons ambiants n’empruntent ainsi pas le même chemin. La technologie prend tout son intérêt dans les situations qui demandent une vigilance constante, par exemple des sportifs en milieu urbain ou des personnes sur leur lieu de travail qui veulent maintenir un contact avec leurs collègues.

La société lausannoise Studio Banana, qui possède des bureaux à Londres et à Madrid, a lancé en automne dernier, non pas des lunettes, mais un casque audio (le Batband) fonctionnant également par conduction osseuse. L’entreprise est parvenue à lever a levé 821 000 dollars sur le site Kickstarter, soit six fois plus qu’escompté. Et cela auprès de 4516 contributeurs. Cette somme a permis de lancer la production en Chine. Sa commercialisation devrait démarrer cet été. «C’est bien que plusieurs applications se développent autour d’une technologie. Cela permet de familiariser le marché avec les possibilités offertes par une invention. Cela dit, le public cible et le cadre d’utilisation du Batband et bien différent de celui des lunettes de Zungle. Nous avons ciblé la plus haute fidélité possible. En outre, notre casque permet un usage aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur», note Key Kawamura, cofondateur de l’entreprise.

Publicité