e-commerce

Les lutins d'Amazon se rebiffent

Le nouvel appel à la grève lancé dans un centre de tri du géant américain en Allemagne rappelle, une fois encore, les conditions de travail des faiseurs de colis. En Suisse, les mêmes anomalies existent, dans ce secteur très concurrentiel

Le Père Noël est une ordure. Ce ne sont pas les mots qui ont été utilisés. Mais c’est ce que sous-entend le nouvel appel à la grève lancé dimanche par le syndicat allemand Verdi dans l’un des principaux centres logistiques d’Amazon, à Bad Hersfeld (Hesse). Après le Black Friday, c’est au tour de Noël de servir de moyen de pression pour inciter le géant américain de l’e-commerce, avant les fêtes de fin d’année, à mieux traiter ses faiseurs de colis.

Le «vendredi noir» 29 novembre, comme les années précédentes, des grèves avaient déjà pris place dans différents centres logistiques. L’objet de la discorde? Les horaires de travail et les salaires. Encore et toujours.

Ce n’est de loin pas la première fois que les conditions imposées par Amazon à ses employés sont dénoncées. Depuis plusieurs années, les enquêtes et les révélations se sont multipliées. L’an dernier, le quotidien britannique The Guardian a même hébergé les textes d’un employé d’Amazon au Royaume-Uni qui dénonçait le rythme de travail (60 heures par semaine) et l’absence de vraies compensations pécuniaires.

Régulièrement attaqué, Amazon répète qu’il «paie dans le haut de la fourchette ce qui est prévu pour ce genre de qualifications». Selon certains médias allemands, le salaire brut tournerait autour de 2400 euros par mois.

Branche hétérogène, problèmes homogènes

En Suisse, Amazon n’a pas d’employés puisqu’il n’a pas de présence physique. Mais il a conclu en 2018 un accord avec La Poste. Les colis arrivant de France, d’Autriche, d’Allemagne ou d’Italie sont triés dans deux centres du géant jaune, à Urdorf (ZH) et à Daillens (VD). Selon les grilles prévues dans la convention collective de travail (CCT) de Postlogistics, la fourchette salariale des employés s’étend de 44 000 à 54 000 francs.

Lire aussi: Amazon livre plus vite en Suisse, grâce à La Poste

Mais toute la branche n’est pas aussi organisée. Dans un secteur très concurrentiel, la syndicalisation et les protections sociales peinent à suivre le rythme de croissance imposé par l’e-commerce. Des statistiques précises sur le nombre de travailleurs dans ces centres logistiques sont difficiles à obtenir. Ils seraient plusieurs dizaines de milliers. Ils approcheraient même les 100 000, selon différentes sources. Ce que l’on sait aussi, c’est qu’en 2018 les salaires dans cette profession ont baissé de 1%, selon l’Office fédéral de la statistique.

«A chaque fois qu’un syndicat s’est intéressé à l’une de ces entreprises, il a relevé le même type de problèmes», dénonce un consultant qui souhaite conserver l’anonymat. Horaires irréguliers, abus de surveillance et bas salaires ne sont pas rares, dans une profession qui emploie volontiers des personnes peu qualifiées, frontalières ou issues de l’immigration.

Amazon marginalise

En 2017, les syndicats SEV, Syndicom et Unia se sont alliés pour fonder Fairlog et mieux protéger les transporteurs routiers et les employés dans la logistique. La concurrence internationale «féroce» et la prise de contrôle par des groupes «de chaînes logistiques entières font progresser la précarisation des conditions de travail», déplore Fairlog.

Cette précarisation, l’autorité de régulation Postcom y participe en fixant un salaire horaire minimum à 18,27 francs, dénonce Syndicom. C’est davantage que dans certaines entreprises. Mais c’est une porte ouverte à une sous-enchère dans tout le secteur, selon le syndicat. Qui ne se prive pas de citer régulièrement en exemple ce qui se passe à l’étranger chez… Amazon.

Dimanche, en réponse à cette nouvelle grève en Allemagne, le groupe américain, qui emploie 13 000 personnes outre-Rhin, a fait comme d’habitude: minimiser et marginaliser les lutins grévistes. Le groupe a fait savoir à l’agence Reuters que «les colis arriveront à l’heure, la plupart des employés continueront à travailler». Et son porte-parole d’ajouter que «pour les salariés du centre logistique, Amazon est sans aucun doute l’un des meilleurs employeurs». Qui refuserait de travailler avec le Père Noël?

Publicité