Balayée, la proposition d’entretien simultané. Chez Meyer Burger, on ne se parle plus que par médias interposés. En cause, la bataille qui oppose depuis neuf mois les dirigeants de l’entreprise à son actionnaire principal, Sentis Capital (plus de 8% des parts, filiale d’Elbogross, appartenant au milliardaire russe Petr Kondrashev). Les uns se sont dotés d’un tout nouveau chef de la communication, pour défendre leur stratégie censée redresser le groupe photovoltaïque bernois; l’autre a consacré un site internet au nom sans équivoque – Changemeyerburger.ch - listant ses nombreux points de désaccord avec la conduite actuelle de l’entreprise.

Lire également: Meyer Burger joue son avenir sur le segment haut de gamme