Quatre lettres synonymes de résistance, à l’heure de la dégringolade des chiffres d’affaires commerciaux engendrée par l’épidémie mondiale de Covid-19: en 2020, le géant français LVMH, numéro un mondial du luxe, n’a finalement accusé qu’un recul de 17%, avec un chiffre d’affaires de 44,7 milliards d’euros (48,2 milliards de francs).

Sans surprise, les secteurs les plus impactés par la pandémie sont les parfums et les cosmétiques (5,3 milliards en 2020 contre 6,8 l’année précédente), les montres et la joaillerie (3,3 milliards contre 4,4) et la distribution/travel retail (10 milliards contre 14,7). A l’inverse, la mode et la maroquinerie parviennent à très bien sauver les meubles (21,2 milliards contre 22,2), de même que les vins et les spiritueux (4,7 contre 5,5).