Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Lyft prévoit que la voiture individuelle aura largement disparu dans les grandes villes d’ici 2025.
© Justin Sullivan/Getty Images

Transports

Lyft teste un modèle par abonnement

Depuis plusieurs semaines, le rival d’Uber propose un package spécial à certains de ses clients. Une étape supplémentaire vers son objectif ultime: la fin de la voiture individuelle

La barre du milliard de dollars de revenus passée en 2017 ainsi que ses 168% de croissance observée au quatrième trimestre l’an dernier donnent à Lyft l’opportunité d’expérimenter. Depuis plusieurs semaines, le rival d’Uber a contacté plusieurs de ses utilisateurs réguliers pour leur proposer de tester un modèle d’abonnement. La proposition aurait été adressée à ceux qui dépensent en moyenne 450 dollars (426 francs) par mois en trajets Lyft.

Les options disponibles correspondraient à 30 courses pour 199 dollars (188 francs) ou 60 courses pour 399 dollars (378 francs). Le coût de chaque trajet doit toutefois rester inférieur à 15 dollars (14 francs). «Nous testons toujours de nouvelles façons de fournir aux passagers les options les plus flexibles et abordables», a commenté Lyft dans un communiqué. Son patron, Logan Green, a lui clairement affiché son objectif la semaine dernière. «A l’avenir, on ne possédera plus un moyen de transport, on s’y abonnera. Nous avons vu des industries évoluer d’un modèle de possession à un modèle de service», explique-t-il.

Logan Green fait référence au monde du divertissement: les consommateurs s’abonnent de plus en plus à des services de streaming comme Netflix (118 millions d’abonnés à travers le monde) ou Spotify (70 millions d’abonnés) et achètent de moins en moins de DVD ou de CD. La différence, c’est que l’industrie du transport représente 2000 milliards de dollars. «Les implications [de ce système] changeront le monde», résume Logan Green.

La fin de la voiture individuelle en 2025?

Ce n’est pas nécessairement une première dans le secteur du ride-sharing. En 2016, Uber a mis en place Uber Plus, un programme de courses à prix fixe, à San Francisco, Seattle, San Diego, Miami, Boston et Washington. Ce que la firme de San Francisco a conclu de son expérimentation reste en revanche un mystère.

Lyft, qui réalise désormais 11 millions de courses par semaine, va recueillir un maximum de données pour déterminer si le modèle est viable et ce qui peut être amélioré. Pourquoi ne pas fixer un nombre de kilomètres plutôt qu’un nombre de courses pour un montant déterminé par exemple?

Ces essais s’ancrent dans un projet plus global de l’entreprise lancée en 2012 à San Francisco. Lyft, qui a aussi investi dans un programme de partage de vélos à Baltimore, prévoit que la voiture individuelle aura largement disparu dans les grandes villes d’ici à 2025. C’est son cofondateur, John Zimmer, qui l’affirme dans un document publié en septembre 2016 et titré La troisième révolution des transports.

L’abonnement moins cher qu’une voiture neuve

Lyft espère transférer à terme 80% des kilomètres faits avec un véhicule personnel en courses proposées par son service. Après tout, une voiture ne serait utilisée que 4% du temps. L’idée est de réduire le trafic (l’Américain moyen passerait 3000 heures de sa vie dans les bouchons) et la pollution en augmentant, au passage, les revenus du groupe.

A partir de quel montant un abonnement mensuel devient-il plus intéressant que posséder sa propre voiture? Une étude de l’American Automobile Association (AAA) estime à 8469 dollars (8035 francs) le coût annuel moyen d’un véhicule neuf, soit 706 dollars (670 francs) par mois.

Une étape vers l’objectif ultime de Logan Green et John Zimmer pourrait passer par la fin d’un deuxième véhicule du foyer, comme ils l’ont suggéré en début d’année. Une étude menée par Lyft affirme que 250 000 de ses clients y ont renoncé en 2017.

Comme Uber, Lyft cherche aussi à développer sa propre technologie de voitures autonomes. L’enjeu est important pour les principaux acteurs du marché aux Etats-Unis: les chauffeurs représentent leur poste principal de dépenses. Le groupe vient d’ailleurs d’annoncer un partenariat avec Magna. L’équipementier automobile canadien a investi 200 millions de dollars dans Lyft, dont la valorisation dépasse désormais 11,5 milliards de dollars, contre 68 milliards pour son rival Uber.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)