Sous-traitance

La machine industrielle allemande se grippe

Le sous-traitant automobile Marquardt a dû se résoudre à supprimer 600 emplois en Allemagne pour réduire ses coûts. Comme lui, de nombreuses entreprises abaissent leurs prévisions de croissance en raison de la mauvaise conjoncture économique à venir

«Nous nous attendons à deux années difficiles. Si nous avons de la chance, nous atteindrons le niveau de 2018, mais nous risquons d’être en dessous de nos objectifs pour cette année», reconnaît sans ambages Harald Marquardt. Le patron du groupe allemand du même nom, installé à Rietheim-Weilheim (Bade-Wurtemberg) et spécialisé dans les systèmes de commandes électriques pour l’automobile, observe depuis plusieurs mois une dégradation du climat des affaires.

Si le pays a évité de justesse la récession en 2018, les mauvaises nouvelles s’accumulent désormais pour l’économie allemande. L’Office fédéral des statistiques a ainsi notifié un décrochage de 8,6% sur un an des chiffres de commandes industrielles. De son côté, l’indice de conjoncture de l’Institut de macroéconomie IMK a estimé en juillet à 36% la probabilité d’une récession, alors qu’elle était encore à 30% un mois plus tôt. Face à cette perte de dynamique, la Banque centrale européenne (BCE) envisage pour sa part de nouvelles mesures de soutien à l’économie, attendues pour septembre.