Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le kit de base vendu par Devolo.
© ronald koehler . matthias capellmann

Test

La maison connectée facilement relève encore du fantasme

Nous avons testé le kit Home Control, vendu par la société Devolo. L’installation s’est révélée moins simple que prévu et l’usage pas totalement satisfaisant

C’est le rêve de nombreux amateurs de nouvelles technologies: contrôler son appartement ou sa maison à distance, pour surveiller ce qui s’y passe, régler le chauffage ou surveiller sa consommation électrique. La domotique relevait jusqu’à présent de l’utopie, tant il semblait compliqué de connecter des appareils domestiques entre eux, puis à Internet. Mais les choses changent et de nombreux fabricants se lancent sur ce marché. Dont la société Devolo, dont nous avions déjà testé, avec succès, un appareil permettant d’étendre son réseau wi-fi via le réseau électrique.

Depuis quelque temps, Devolo commercialise un kit Home Control, composé de trois éléments: une borne centrale, un détecteur d’ouverture et ce que la société appelle une «prise intelligente». C’est un kit de base et l’utilisateur peut acheter des modules supplémentaires, comme un détecteur d’eau, de fumée, une sirène d’alarme ou encore un thermostat de radiateur intelligent. Le kit de base composé de trois éléments coûte 260 francs. Un détecteur d’ouverture supplémentaire coûte par exemple 60 francs.

Sur le carton, Devolo promet qu’il est «impossible de faire plus simple et plus rapide: votre Smart Home en dix minutes». Voilà pour la théorie. En pratique, c’est beaucoup plus compliqué. Et plus long. Il faut d’abord brancher la borne centrale dans une prise, puis la relier, via un câble, à son modem (cela devrait aussi fonctionner sans fil, mais cela a été impossible à réaliser). Ce n’est pas très pratique. La première connexion a été réalisée très vite, mais la mise à jour de la borne s’est interrompue, nous obligeant à tenter une nouvelle connexion qui a pris plus d’une heure. Il a en effet fallu débrancher, brancher à nouveau, appuyer sur plusieurs boutons pour que cela fonctionne enfin. Ensuite, il faudra que la borne centrale, relativement volumineuse, soit en permanence connectée à Internet.

Une porte ouverte ou fermée

La création d’un compte privé sur le site de Devolo a été facile. Ensuite, l’ajout d’un détecteur d’ouverture a heureusement été plus facile. Il a immédiatement été reconnu par le système. Les deux parties du détecteur ont pu être posées facilement grâce à du scotch double face fourni par Devolo. Et cela fonctionne: l’on voit, sur son ordinateur ou sur son smartphone, chaque fois que la porte est ouverte ou fermée. Le système mesure aussi la température et la luminosité. Cet appareil fonctionne à merveille et est très facile à installer.

Ensuite, l’ajout d’une prise intelligente a été tout aussi simple. Après y avoir branché une lampe, on a pu constater que l’on pouvait ainsi très facilement allumer ou éteindre cette lampe via son smartphone ou son ordinateur. Malheureusement, au bout de quelques minutes, la prise a cessé de fonctionner.

Bugs

Devolo propose de créer des scénarios avec ces appareils. Par exemple pour que la lumière s’allume lorsqu’une porte s’ouvre. En pratique, c’est aussi plus compliqué, car nous avons constaté que, parfois, des modules n’apparaissent pas dans les scénarios à construire. De plus, il ne nous a pas été possible de voir comment il était possible d’obtenir une alerte, sur son smartphone, lorsqu’une porte s’ouvre, par exemple. Ajoutons deux critiques: une partie du site mélange parfois français et allemand. Enfin, l’application pour smartphone n’est pas complète et renvoie souvent au site web pour effectuer certaines opérations.

Le bilan est donc mitigé. Il y a certains côtés très pratiques, mais des bugs et certains manques du système rendent parfois son utilisation très frustrante. Gageons que Devolo va améliorer l’interface de son service, très prometteur sur le papier.


Lire aussi: L’extension de son réseau Wi-Fi via le réseau électrique devient de plus en plus simple

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)