La maison-mère de Bankia, Banco Financiero y de Ahorro (BFA), a annoncé lundi des pertes consolidées de 3,318 milliards d’euros (env. 3,9 milliards de francs) en 2011, dans un communiqué adressé aux autorités boursières espagnoles. Elle avait annoncé précédemment des pertes consolidées de 30 millions d’euros.

«Le conseil d’administration de Banco Financiero y de Ahorros (BFA) a procédé aujourd’hui à la reformulation des comptes consolidés de 2011», a souligné BFA, précisant que «ces comptes enregistrent un résultat net négatif de 3,318 milliards d’euros».

BFA est né de la fusion de sept caisses d’épargne. Bankia, détenue à 52,4% par BFA, est par la suite devenue une entité séparée du nouveau groupe, spécialisée dans le négoce bancaire et les participations associées au négoce financier et aux actifs et passifs hérités des sept caisses d’épargne.

BFA a attribué 1,561 milliard d’euros de ses pertes à sa participation dans Bankia qui a annoncé vendredi des pertes de 2,979 milliards d’euros en 2011. Le groupe attribue «le reste de ses pertes aux actionnaires minoritaires», selon le communiqué.

Près de 20 milliards d’euros

BFA a aussi ajouté que l’«impact de ce montant (3,318 milliards d’euros, ndlr) est compris dans le plan de sauvetage et la capitalisation du groupe BFA annoncé vendredi. De cette manière, les pertes dévoilées sont complètement couvertes par l’injection de capitaux effectuée par l’Etat dans BFA».

Le groupe se réfère aux 19 milliards d’euros d’aide publique reçus vendredi par Bankia pour son assainissement.

L’Etat espagnol s’est engagé à apporter tous les fonds nécessaires pour sauver BFA-Bankia, qui totalise 10% du système financier espagnol, de crainte que la faillite éventuelle de ce groupe ne contamine tout le secteur bancaire espagnol, fragilisé par l’éclatement de la bulle immobilière en 2008.