L'année 2000 aura permis à Synthes-Stratec de poursuivre la réduction de ses pertes. Spécialisé dans la fabrication de plaques, de vis et d'instruments destinés au traitement des os (ostéosynthèse) et dans la production de prothèses médicales (prothétique), le groupe bâlois a enregistré une croissance supérieure à celle de son marché. L'entreprise a créé 371 emplois, dont 108 en Suisse. Malgré ces chiffres réjouissants, la Bourse suisse a sèchement sanctionné le titre, les résultats se trouvant en deçà des attentes des analystes.

Un an après la fusion de l'américain Synthes et de l'helvétique Stratec, la nouvelle entité semble presque avoir trouvé son rythme de croisière. La direction du groupe basé à Oberdorf (BL) a annoncé jeudi que les résultats dépassaient presque toutes les prévisions. En 2000, l'entreprise a réduit ses pertes à 39 millions de francs contre 60,8 millions en 1999. Le résultat d'exploitation avant amortissement du goodwill (Ebitda) a bondi de 32% à 479,3 millions de francs suisses. Quant au résultat net avant goodwill, il a augmenté de 38% à 298,3 millions de francs. L'important endettement de Synthes-Stratec provient majoritairement de remboursements (de survaleurs) résultant d'acquisitions effectuées ces dernières années. Concernant l'avenir, Roland Broennimann, responsable de la zone Europe, a déclaré que «l'objectif est une hausse de 12 à 13% des ventes pour l'an 2001».

Marché très nerveux

En observant les résultats dans le détail, on s'aperçoit que la division ostéosynthèse – la plus importante du groupe – a vu ses ventes augmenter de 27% à 1,27 milliard de francs. Le secteur prothétique a, pour sa part, progressé de 10% à 65 millions de francs. C'est surtout le marché nord-américain qui a été le principal moteur de la croissance de la société, en enregistrant un chiffre d'affaires d'un milliard de francs. Les ventes réalisées sur le continent européen se chiffrent à 180 millions de francs.

Suite à cette avalanche de chiffres relativement positifs, on pouvait s'attendre à un écho serein du marché boursier.

C'est exactement l'inverse qui s'est produit jeudi. Le titre a chuté de 18% à 850 francs. Plus qu'un affaiblissement, un effondrement à l'aune du marché helvétique. Ce mouvement est d'autant plus surprenant que le secteur des techniques médicales bénéficiait jusqu'alors de la confiance des investisseurs, confiance traduite par une progression importante des cours l'année dernière: Straumann, Phonak, Synthes-Stratec…

Selon Matthias Fehr, analyste à la banque Lombard Odier & Cie, «cette chute du cours s'explique plus par la nervosité extrême du marché que par les résultats mêmes de l'entreprise. Ces résultats ne sont d'ailleurs pas si loin du consensus des experts. Mais, actuellement, il suffit d'un faible doute sur le fonctionnement de la société ou de résultats faiblement en dessous des attentes pour que les investisseurs se retirent.» Et lorsqu'une entreprise a affiché une belle progression, comme c'est le cas pour Synthes-Stratec, certains détenteurs de titres préfèrent parfois réaliser leurs profits que d'attendre dans un environnement incertain. Dans cette perspective, il est utile de noter que Credit Suisse First Boston va probablement baisser de 5% ses estimations concernant les chiffres d'affaires des sociétés actives dans les technologies médicales.

Certains investisseurs ont peut-être aussi été déçus par un manque de synergie suite à cette fusion helvético-américaine. L'avenir dira si le fort volume d'échanges enregistré jeudi, environ 70 000 titres (contre une moyenne journalière d'environ 6500 titres ces derniers mois) n'aura été qu'une réaction exagérée face à une entreprise apparemment saine ou une correction durable du titre.