Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Automobile

Malgré de bons résultats, Tesla subit toujours des pertes

Avec une perte de 336,4 millions de dollars et un chiffre d’affaires doublé, Tesla reste le premier constructeur automobile américain par capitalisation boursière

Le constructeur automobile américain Tesla, qui ne produit que des véhicules électriques, a doublé son chiffre d’affaires au 2e trimestre mais continue d’enregistrer des pertes alors qu’il lance sur le marché sa nouvelle voiture Model 3.

Lire aussi: Tesla a faim de milliards pour augmenter sa production

Tesla a annoncé mercredi une perte de 336,4 millions de dollars, soit 43 millions de plus qu’un an auparavant et 6 millions de plus qu’au 1er trimestre. Le chiffre d’affaires a toutefois plus que doublé sur un an à 2,789 milliards de dollars. La perte rapportée par action est de 2,04 dollars mais, ajustée des éléments exceptionnels, elle tombe à 1,33 dollar. Les analystes financiers attendaient en moyenne –1,8 dollar.

Suite à ces résultats, le titre bondissait à Wall Street dans les échanges d’après-clôture, gagnant 7,87% à 351,54 dollars vers 23h00 GMT. Depuis le début de l’année, l’action Tesla a gagné plus de 50%, ce qui en a fait le premier constructeur automobile américain par capitalisation boursière face à des géants comme General Motors ou Ford.

Une extension de la production de son Model 3

Tesla a indiqué avoir produit 47 077 voitures sur les six premiers mois de l’année, dans la fourchette basse de ce qu’il prévoyait à la fin du 1er trimestre (de 47 000 à 50 000 voitures). Sur le seul deuxième trimestre, 25 708 voitures sont sorties des chaînes.

Mais le constructeur avait déjà prévenu avoir rencontré des problèmes de production de batteries qui avaient handicapé sa production. Tesla avait produit 84 000 voitures en 2016 et vise l’objectif de 500 000 véhicules en 2018 puis un million en 2020. Il fabrique actuellement trois modèles, le S, le X et le 3.

L’analyste Trip Chowdry de Global Equities Resarch soulignait après la publication des résultats que Tesla avait fait mieux qu’attendu, tant pour le chiffre d’affaires que le bénéfice par action ajusté. «Tesla va livrer plus de 47 000 modèles S et X dans la deuxième moitié de l’année et la production du Model 3 est conforme aux prévisions», a-t-il ajouté.

Lire aussi: Le Model 3 séduit mais le plus dur reste à venir pour Tesla

Tesla a confirmé mercredi qu’il entendait produire 10 000 unités par semaine de son nouveau Model 3, une voiture de milieu de gamme qui doit lui ouvrir le marché grand public, «à un certain point» en 2018.

Un chiffre d’affaires lié à la production de voitures en hausse de 93%

Le modèle a été précommandé à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires et le PDG de Tesla, Elon Musk, a souligné mercredi, lors d’une conférence avec les analystes, que «si quelqu’un commande un Model 3 aujourd’hui, il ne l’aura pas avant la fin de l’année prochaine».

«Nous avons appris plusieurs leçons importantes en concevant et fabriquant les modèles S et X. En conséquence, le Model 3 a été conçu avec une plus grande simplicité et moins de composants pour réduire les coûts, faciliter le processus de fabrication et améliorer la fiabilité», a par ailleurs souligné Tesla dans le communiqué de résultats.

Le chiffre d’affaires lié à la production de voitures (ventes et location avec option d’achat) a atteint sur le trimestre 2,286 milliards de dollars, en progression de 93%. Tesla vend directement à ses clients sans passer par des concessionnaires. Les autres activités liées à la génération d’énergie ainsi que les services ont représenté 502,9 millions sur le trimestre contre 88,1 millions un an auparavant.

Lire aussi: Tesla lance une course aux batteries géantes

Les dépenses en capital ont plus que triplé sur un an à 959 millions de dollars, notamment en liaison avec la mise en production du Model 3, les liquidités s’établissant elles à 3 milliards de dollars à la fin de juin.

 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)