Le constructeur de véhicules électriques Tesla est parvenu à dégager des bénéfices record au troisième trimestre malgré les problèmes logistiques entravant ses chaînes de production.

«Une variété de défis, des pénuries de semi-conducteurs à la congestion dans les ports en passant par les pannes d'électricité, ont eu un impact sur notre capacité à faire fonctionner les usines à pleine capacité», a reconnu le groupe dans un communiqué. Tesla est toutefois parvenu à livrer un nombre inédit de 241 300 véhicules dans le monde sur la période, un chiffre en hausse de 20% par rapport au trimestre précédent, de 76% sur un an.

La montée en puissance de son usine à Shanghai y a largement contribué, des véhicules fabriqués en Chine étant exportés aux Etats-Unis et en Europe, a indiqué le directeur financier Zach Kirkhorn lors d'une conférence téléphonique.

Elon Musk avait déjà indiqué avoir pu contourner une bonne partie de la pénurie de semi-conducteurs en utilisant de nouveaux modèles de puces et en réécrivant les logiciels en conséquence. D'autres constructeurs ont plus de difficultés à faire face à ces défis, General Motors ayant vu par exemple ses ventes de véhicules aux Etats-Unis chuter de 33% au troisième trimestre en raison du manque de semi-conducteurs qui l'oblige, depuis le début de l'année, à réduire sa production.

A ce propos: L’autre pénurie de la pandémie: l’automobile manque de semi-conducteurs

Un chiffre d'affaires en hausse de 57% au troisième trimestre

Tesla est en bonne voie pour atteindre son objectif d'une croissance annuelle de 50% mais la production au quatrième trimestre mais cela «dépendra beaucoup de la disponibilité de certains éléments», a souligné Zach Kirkhorn.

Les résultats du premier trimestre: Tesla poursuit sa progression, son chiffre d'affaires décolle de 74%

Le fait que la compagnie annonce que sa croissance sera dépendante de facteurs extérieurs «a pu laisser des investisseurs pensifs», a souligné Garrett Nelson de CFRA pour justifier la réaction de l'action mercredi, qui reculait de 0,7% après la séance de Wall Street malgré des chiffres supérieurs aux attentes. Mais elle s'affiche en hausse de 23% depuis le début de l'année, après avoir bondi de plus de 700% en 2020.

Le chiffre d'affaires de Tesla, a atteint 13,76 milliards de dollars (11,81 milliards d'euros) entre juillet et septembre, en hausse de 57%. Le bénéfice net de la société a bondi à 1,6 milliard de dollars (1,37 milliard d'euros) sur la période contre 331 millions (283,9 millions d'euros) un an plus tôt. La hausse du bénéfice d'exploitation est «principalement liée à la croissance du volume de véhicules et à la réduction des coûts», a souligné Tesla.

Le groupe est ainsi parvenu à faire grimper la marge brute tirée de ses activités automobiles à 30,5%, contre 28,4% au trimestre précédent.

L'investissement dans les Bitcoin pèse sur ses résultats

L'entreprise, qui a récemment annoncé le déménagement de son siège de la Californie au Texas, ambitionne toujours de commencer la production dans ses nouvelles usines d'Austin et de Berlin d'ici la fin de l'année, a indiqué Zach Kirkhorn.

L'objectif, a asséné à plusieurs reprises mercredi le directeur financier, est de faire grimper la production pour répondre à la forte demande pour les véhicules électriques.

Lire encore: Tesla met un coup de frein sur le bitcoin

Tesla, qui avait créé la surprise en début d'année en annonçant avoir acheté pour 1,5 milliard de dollars (1,29 milliard d'euros) de bitcoin, a en revanche de nouveau vu cet investissement peser sur ses résultats. Après avoir gagné 101 millions de dollars (86,6 millions d'euros) au premier trimestre grâce à la devise virtuelle, le groupe a dû enregistrer une charge de 23 millions (19,7 millions d'euros) au deuxième trimestre puis de 51 milliards de dollars (43,7 milliards d'euros) au troisième.

Le groupe, qui a longtemps tiré une grande partie de ses profits de la vente à d'autres entreprises des crédits carbone qui lui sont accordés car ses voitures n'émettent pas d'émissions, continue à voir cette source se tarir: les revenus générés par ces opérations ont atteint 279 millions de dollars (239,3 millions d'euros) au troisième trimestre, contre 354 millions de dollars (303,7 millions d'euros) au deuxième trimestre et 518 millions (444,4 millions d'euros) au premier.