C’est désormais la banque citée en exemple. Mi-octobre, la française Banque postale a annoncé vouloir se débarrasser de tous ses investissements et financements dans les énergies fossiles d’ici à 2030, soit dix ans plus tôt que prévu. L’établissement, pour qui ces actifs atteignent 1,2 milliard d’euros (environ 1,28 milliard de francs), s’était déjà engagé à atteindre le zéro émission net d’ici 2040 il y a un an.