La hausse du coût du travail et les difficultés sur la chaîne d’approvisionnement n’auront pas eu raison d’Amazon qui a dépassé les attentes des investisseurs pendant la cruciale saison des fêtes.

Le géant du commerce en ligne a réalisé un chiffre d’affaires de 137,4 milliards de dollars (119,86 milliards d’euros), conforme à ses prédictions pour le quatrième trimestre, et doublé son bénéfice net à 14,3 milliards de dollars (12,47 milliards d’euros), d’après un communiqué de résultats publié jeudi. Son bénéfice net a largement profité d’un retour sur investissement, grâce à des participations dans le constructeur automobile Rivian, entré en Bourse en novembre.

Mais le marché n’a pas fait la fine bouche: l’action d’Amazon bondissait de 14% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York, après une journée en forte baisse.

A lire: Amazon est accusé de racket planétaire. Mais qu’en est-il en Suisse?

Un des grands gagnants de la pandémie de Covid-19

Le groupe a indiqué avoir connu son «meilleur week-end de shopping» pour la période de soldes qui va de Black Friday à Cyber Monday (le vendredi et le lundi après la fête américaine de Thanksgiving).

«Amazon a réussi à dépasser les attentes aussi bien en matière de revenus que de profits, malgré une saison des fêtes globalement moins tonique pour le e-commerce en général», a commenté Andrew Lipsman, analyste de eMarketer. «Et l’accélération continue d’AWS (la branche de cloud) a aidé à renforcer un bénéfice net qui aurait diminué sans le boost apporté par l’investissement dans Rivian.»

Le groupe de Seattle a été l’un des grands gagnants de la pandémie. Les restrictions sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19 ont, en effet, conduit les consommateurs encore réticents à adopter en masse le e-commerce, à commencer par Amazon et ses promesses de livraison ultra rapides, et des services reposant sur le cloud, dont Amazon est le leader mondial.

A ce propos: Alec MacGillis: «Amazon a gagné la crise du Covid-19»

Et les habitudes prises en 2020 semblent parties pour durer. Sur toute l’année 2021, Amazon a engrangé près de 470 milliards de dollars de revenus (410 milliards d’euros, +21%) et plus de 33 milliards de bénéfice net (28,8 milliards d’euros, +57%).

Des difficultés sur la chaîne d’approvisionnement

Mais, comme de nombreuses autres enseignes, l’entreprise a été rattrapée par des problèmes sur la chaîne d’approvisionnement, l’inflation élevée et les difficultés à embaucher.

Au quatrième trimestre, son bénéfice opérationnel, indicateur clef de rentabilité, est ressorti à 3,5 milliards de dollars (3 milliards d’euros), moitié moins qu’il y a un an. Le manque de main-d’œuvre a coûté 4 milliards de dollars (3,5 milliards d’euros) au groupe sur cette période, a noté le patron, Andy Jassy, lors de la conférence aux analystes.

Et le variant Omicron pèse sur les capacités des entrepôts: «Beaucoup de gens sont en congé maladie, il faut des remplaçants. […] Dans certains cas, nous payons le double ou le triple pour la même heure travaillée», a-t-il détaillé. Mais il a assuré que ces coûts seraient moins élevés dans les prochains mois, et qu’il entendait améliorer l’efficacité et le rythme des opérations pour «livrer plus vite qu’avant la pandémie».

Amazon emploie désormais plus d’1,6 million de personnes dans le monde. L’entreprise a précisé que le salaire à l’embauche pour les employés des entrepôts et centres logistiques dépassait maintenant les 18 dollars de l’heure aux Etats-Unis. Un argument qu’elle ne manquera pas de faire valoir face aux tentatives de syndicalisation à Staten Island, à New York, et aussi à Bessemer, dans l’Alabama. En cas de victoire, ce serait le premier syndicat dans un entrepôt Amazon aux Etats-Unis.

Lire encore: La bataille commence entre les pro-syndicats et Amazon

Une concurrence dangereuse

Ce mois-ci, Amazon prévoit d’augmenter aux Etats-Unis le prix de l’abonnement à Prime (à 15 dollars, soit 13 euros, par mois), son offre premium de livraison qui comprend aussi une plateforme de streaming vidéo. L’entreprise table sur des revenus compris entre 112 et 117 milliards de dollars (97,7 et 102 milliards d’euros) pour le trimestre en cours, soit une croissance de 3 à 8% sur un an.

Elle pourra compter sur le cloud. Au quatrième trimestre, son service d’informatique à distance a notamment signé des contrats avec le Nasdaq et aussi avec Meta pour ses réseaux et messageries Facebook, Instagram et WhatsApp. En tout, AWS a généré 17,78 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros) de revenus sur la période, 40% de plus que l’année dernière.

Pour poursuivre la lecture: Amazon, ou l’art d’essorer ses employés

«Les entreprises dépensent maintenant deux fois plus en services d’informatique à distance que pour leurs propres centres de données», a fait remarquer l’analyste John Dinsdale de Synergy Research Group.

Amazon va devoir défendre ses parts de marché, qui sont actuellement de plus de 32%, d’après ce cabinet. Le numéro 1 du secteur est talonné par Microsoft, désormais à 21%, suivi par Google, qui flirte avec les 10%. «La croissance de Microsoft est très impressionnante. Le groupe a doublé sa part de marché en 4 ans et demi», a souligné l’analyste.