Banque

Malgré sa perte, Credit Suisse augmente les bonus

Craignant une fuite de ses employés, la banque a augmenté les rémunérations variables de 6%, alors que ses concurrentes les ont réduites. Tidjane Thiam, son directeur général, a encaissé 11,9 millions de francs

La perte de Credit Suisse l’an dernier a été plus importante que prévu. La banque a dû rajouter 300 millions de francs de provisions dans le cadre du règlement d’un différend sur les subprimes aux Etats-Unis. La perte nette s’inscrit ainsi à 2,71 milliards pour 2016, a expliqué l’établissement dans son rapport annuel publié vendredi. C’est la deuxième année consécutive que Credit Suisse termine dans les chiffres rouges.

Cela n’empêche pas les bonus d’augmenter. L’enveloppe consacrée à la rémunération variable a grimpé de 6% à 3,09 milliards. La raison? Credit Suisse craint la fuite des talents, en particulier dans la banque d’investissement et dans ses effectifs en Asie, identifiée comme l’une des zones de croissance privilégiées pour le groupe.

Difficulté pour retenir des employés

«Au premier trimestre de 2016, les activités de banque d’investissement ont affronté des difficultés pour retenir des employés clé, en raison de réductions substantielles de la part variable de leur rémunération reflétant des résultats financiers décevants en 2015», a détaillé la partie du rapport consacrée aux rémunérations.

Ainsi, les responsables de la deuxième banque suisse ont décidé d’approuver des «récompenses spéciales permettant au management de garder des employés essentiels, sur une base sélective et pour éviter des départs dommageables dans une période de restructuration». Ce programme spécial a pour but de retenir les collaborateurs ayant «atteint leurs objectifs» avec des bonus «en ligne avec le marché».

Segments et clientèle clés

Le rapport ajoute que 2016 a été une «année de transition significative» pendant laquelle «les divisions ont fait de solides progrès pour atteindre leurs objectifs stratégiques, y compris réduire leur base de coûts et augmenter leurs parts de marchés dans des segments de produits ou de clientèles clés».

Cette annonce intervient alors qu’un certain nombre de concurrents de Credit Suisse ont, eux, réduit les bonus. Chez Deutsche Bank, ils ont chuté de 80%. Chez UBS, ils ont diminué de 17% alors que la première banque helvétique réalisait un bénéfice, certes en baisse. Credit Suisse dit comparer ses rémunérations à celles de ces deux banques, en plus de Bank of America, Barclays, Citigroup, Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley.

Près de 12 millions pour Tidjane Thiam

Urs Rohner, président du conseil d’administration, a engrangé 4 millions, contre 3,2 l’année précédente. De son côté, Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse, a encaissé 11,9 millions pour l’année 2016. L’an dernier, il avait reçu 18,9 millions, dont 14,3 millions à titre de dédommagement – c’est ce qu’il aurait touché de la part de Prudential, l’assureur britannique qu’il a quitté pour reprendre la direction de l’établissement basé à Zurich en 2015. Le conseil d’administration a pris en compte «le fort leadership, la réalisation cohérente de la stratégie, les réductions de coûts effectives, la conduite éthique et le rôle pour amener le groupe vers une plus grande assise financière» pour conclure que Tidjane Thiam a atteint ses objectifs.

A titre de comparaison, la rémunération de son concurrent Sergio Ermotti, patron d’UBS, a atteint 13,7 millions de francs en 2016, un peu moins qu’en 2015 (14,3 millions). Le patron de Deutsche Bank a, lui, gagné 3,8 millions d’euros (4,1 millions de francs).

Publicité