RENDEMENT

Malgré un effort, UBS rétribue chichement ses comptes d'épargne

Alors que les taux d'intérêt montent depuis deux ans, la banque relève pour la première fois depuis 2000 la rémunération de ses comptes d'épargne.

Quatre jours après que la Banque nationale suisse (BNS) a augmenté son taux directeur de 25 points de base, UBS annonce un relèvement de l'intérêt servi sur les comptes d'épargne de ses clients. Mais de moitié moins.

A partir de juillet, ses comptes d'épargne rapporteront 0,5% au lieu de 0,375% actuellement, selon un communiqué. UBS améliore la rémunération de ses comptes d'épargne pour la première fois depuis août 2000.

Mais cela fait deux ans que les taux d'intérêt à court et long terme augmentent. Ces derniers déterminent le loyer de l'argent que la banque facture aux emprunteurs. Le taux auquel les banques se prêtent entre elles, le Libor, est passé de 0,4% en 2003 à 1,5% dernièrement. L'écart entre ce taux et la rémunération des comptes d'épargne donne une mesure de la marge de la banque: elle s'est fortement améliorée.

La première banque suisse n'est pas la seule à profiter de cet environnement. D'importants établissements comme Credit Suisse ou la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) continuent de rémunérer leurs comptes d'épargne à 0,375%. La Banque Cantonale de Genève (BCGE) et la Banque Coop font un peu mieux avec respectivement 0,4% et 0,5%. Globalement, le produit (bénéfice) des intérêts obtenus par toutes les banques du pays a bondi de 30% l'année dernière, selon la BNS.

Un dépôt de 1000 francs, qui coûte 5 francs chaque année à la banque (taux: 0,5%), lui rapporte environ 15 francs si, dans les conditions actuelles, l'argent est placé sur le marché monétaire (Libor: 1,5%). Une utilisation un peu plus risquée, pour financer une hypothèque à taux variable, permet à la banque d'encaisser environ 29 francs (taux: 2,9%) de revenu. Cela signifie que l'argent déposé sur les comptes d'épargne, plus de 360 milliards de francs en Suisse, profite plus aux banques qu'aux épargnants.

Pire, la rémunération qu'ils obtiennent est loin de compenser la perte qu'ils subissent du fait de l'inflation. Elle est de l'ordre de 1,4% actuellement.

«Le problème est que les hypothèques variables sont de plus en plus rares», observe Harald Neweld, le directeur général de la Banque Migros, qui portera à 0,875% l'intérêt de ses comptes épargne au premier juillet. La majorité des nouveaux crédits immobiliers est à taux fixe sur 3, 5, voire 10 ans. Les financer avec des dépôts à court terme comme les comptes d'épargne comporte un risque. «Ce pourrait être une raison pour laquelle les épargnants ne profitent pas plus de la hausse des taux d'intérêt», explique-t-il.

Publicité