L'économie du Japon a connu au premier trimestre 2008 une croissance plus forte que prévu, tirée par les exportations, la consommation des ménages et un rebond du secteur de la construction. Pour les trois premiers mois de l'année, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,8% par rapport au trimestre précédent et de 3,3% en rythme annuel, a indiqué hier le gouvernement.

Exportations dynamiques

Les économistes s'attendaient à une hausse trimestrielle de 0,7% et de 2,7% sur un an. Il s'agit du troisième trimestre consécutif d'accélération de la croissance. De janvier à mars, la consommation des ménages a augmenté de 0,8% par rapport au trimestre précédent et les exportations de 4,5%, a communiqué le bureau du premier ministre.

«De fortes ventes en Europe et en Asie, qui ont largement compensé la chute des exportations vers les Etats-Unis, ainsi que des dépenses relativement robustes de la part des ménages ont contribué à accélérer la croissance», a expliqué Hiroki Owaki, économiste auprès du gouvernement nippon.

En revanche, l'investissement non résidentiel - qui correspond approximativement aux investissements en capital des entreprises et qui était le principal moteur de la croissance japonaise ces dernières années - s'est replié de 0,9%. Cela montre que les sociétés s'attendent à des temps plus difficiles. L'investissement a été négativement affecté par la pression sur les bénéfices des entreprises, largement due à la flambée des prix de l'énergie et des matières premières, ainsi qu'au panorama de plus en plus incertain pour l'économie mondiale», a expliqué Hiromichi Shirakawa, économiste chez Credit Suisse.

Beaucoup d'observateurs prévoient que le reste de l'année sera beaucoup moins rose que les trois premiers mois de 2008, certains prédisant même une croissance légèrement négative au deuxième trimestre. De nombreuses entreprises, à commencer par les constructeurs automobiles, ont prévenu que leurs bénéfices allaient fortement diminuer lors de l'exercice en cours. «Dans les prochains mois, «la chute des bénéfices va probablement couper l'appétit des entreprises pour les investissements, tandis que l'austérité salariale va peser sur la consommation privée», a pronostiqué Kenichi Kawasaki, économiste chez Lehman Brothers.

Inquiétude des ménages

L'indice de confiance des consommateurs au Japon est reparti à la baisse en avril, après un léger rebond en mars, traduisant aussi le regain d'inquiétude des ménages quant à leurs revenus et une baisse des intentions d'achat de biens durables, a annoncé le gouvernement dans une étude séparée. L'indice s'est affiché en avril à 35,2 points, contre 36,7 en mars. Un résultat inférieur à 50 montre que les ménages s'attendent à une dégradation de leurs conditions économiques.

A la bourse de Tokyo, la publication de chiffres de la croissance au premier trimestre a fait monter les cours dans la matinée, mais le Nikkei a clôturé hier en légère baisse de 0,23%, après des prises de bénéfices.