Les livres cultes décrivant le fonctionnement et les dérives du négoce de matières premières se comptent sur les doigts de la main. On peut citer The King of Oil, une œuvre publiée en 2009 et consacrée à Marc Rich, le fondateur de Glencore. Ou Swiss Trading SA, un travail d’une ONG qui met en lumière, en 2012, l’importance du secteur pour la Suisse, du commerce de café à celui du coton, de l’or, du pétrole et du charbon. Merchants of Grain, un pavé datant de 1979, demeure à ce jour la référence pour le trading de denrées agricoles.

Un ouvrage publié cet hiver par deux journalistes de l’agence Bloomberg, The World for Sale (Penguin, 2021), a toute sa place dans cette liste. Javier Blas et Jack Farchy illustrent de façon spectaculaire le fonctionnement d’un rouage central de l’économie planétaire, un monde de coulisses opaque et difficile à cerner. «Nous aurions préféré que vous ne l’écriviez pas», indiquait Ian Taylor, l’ancien patron du groupe genevois Vitol, à ses auteurs lors d’une des centaines de rencontres qu’ils ont eues avec des traders dans ce cadre.