Restructuration

Mammut pourrait passer en mains étrangères

Son propriétaire, Conzzeta, cherche un acheteur capable de faire grandir la marque argovienne spécialisée dans les équipements de montagne. Le conglomérat industriel zurichois se recentre, lui, exclusivement sur le façonnage de tôle. Toutes les autres unités seront vendues d’ici à fin 2020

Il lui aura fallu cinq ans pour regagner le sommet. Après une érosion continue de ses revenus depuis 2014 et une rentabilité qui stagnait autour de 100 000 francs, Mammut affichait un chiffre d’affaires de plus de 253 millions l’an passé, en hausse de 10,9% sur un an. Son profit (EBIT) a atteint 5,2 millions. C’est pile le moment qu’a choisi son propriétaire, le groupe industriel zurichois Conzzeta, pour vendre la marque, a-t-on appris lundi dans un communiqué.

Fondée il y a plus de 150 ans à Seon dans le canton d’Argovie, Mammut entre dans la dernière phase de son plan de redressement de cinq ans, mis en œuvre début 2016 par le patron de la division, Oliver Pabst, alors à peine entré en fonction. «Dans ce cadre, nous avons renforcé la marque, renouvelé l’assortiment et développé les canaux de distribution numériques, jetant les bases d’une croissance profitable, indique un porte-parole contacté par Le Temps. Reste l’étape de l’internationalisation, qui nécessite de nouveaux investissements et un accès aux marchés asiatique et américain. Le groupe choisira un acheteur capable de répondre à ces besoins», poursuit-il, n’excluant pas une reprise par une société étrangère.