Smood est au cœur d’une grève inhabituellement longue pour les standards helvétiques. L’entreprise genevoise de livraison de repas est dans le viseur d’Unia depuis la fin de l’année 2021. Partie d’Yverdon, la contestation a gagné les villes romandes pour aboutir à Genève. C’est là qu’ont commencé, la semaine dernière, de nouvelles actions, la conciliation de la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) n’ayant pas abouti. Smood, où 36 des 1100 employés se sont annoncés grévistes, avait pourtant rendu publiques une série d’avancées. Le syndicat a néanmoins décidé de maintenir l’entreprise sous pression. Son fondateur, Marc Aeschlimann, ne s’était pas encore exprimé publiquement. Pour Le Temps, il brise le silence.