La semaine a commencé avec un marché en attente de la décision de la Fed. Celle-ci, sans surprise, n'a pas relevé les taux directeurs. Les valeurs financières ont bien réagi à cette nouvelle, ce qui permettait à l'indice S & P Financials de progresser et de montrer un gain de 42% depuis son plus bas en février. Les valeurs de biotechnologie ont à nouveau été les leaders du marché avec une hausse de plus de 10% durant la semaine. Les titres pétroliers ont suivi pendant quelques jours les cours du prix du baril, alors que les semi-conducteurs bénéficiaient d'un indice de commandes favorable ainsi que de plusieurs recommandations positives de brokers.

Les situations particulières ont été légion cette semaine. Nike a baissé fortement suite à un commentaire négatif d'un analyste quant à la croissance potentielle des ventes de chaussures. Dans le secteur de la distribution, Albertson perdait plus de 20% suite à l'annonce d'une baisse des profits pour le trimestre à venir. La plupart des analystes ont baissé leur rating sur l'ensemble du groupe. Dans le secteur des vendeurs d'équipement en télécommunications, Next Level a baissé de 50% après qu'un analyste a changé son rating. Cela a pesé sur Motorola qui détient la majorité de cette compagnie. Maytag gagnait 10%, jeudi passé, le New York Times ayant annoncé qu'Electrolux pourrait être intéressé à son rachat. Finalement Bausch & Lomb perdait 36% après que la compagnie a donné des prévisions plus faibles que prévu concernant les ventes de cette année ainsi que de la suivante.

La Fed a gardé un biais haussier pour le futur, mais la période d'élection américaine n'est guère propice à des prises de décision trop radicales. Le marché va donc agir beaucoup plus en fonction de groupes particuliers. Le secteur de la santé se porte bien et celui de la technologie trouve un regain d'intérêt. Il semble que les valeurs de croissance prennent à nouveau le dessus sur celles dites défensives.

* Pictet & Cie