La semaine écoulée a été marquée par la plus grosse fusion annoncée à ce jour entre America Online et Time Warner. Si la convergence des médias traditionnels et d'Internet est un développement logique, cet événement n'a pas manqué de relancer le problème d'évaluation des titres Internet. En effet, malgré les synergies indéniables à long terme d'une telle opération, le risque pour America Online est de voir son taux de croissance diminuer, d'où le repli du titre. Les appréhensions sont réelles si l'on considère la faiblesse de Yahoo malgré la publication de résultats bénéficiaires nettement meilleurs que prévu.

Si le changement de direction intervenu à la tête de Microsoft ne constitue pas une surprise à proprement parler, les excellents bénéfices d'Intel contribuent à maintenir un intérêt très soutenu pour le secteur technologique, et les semi-conducteurs en particulier. Toujours au chapitre des fusions, après la décision du conseil d'administration de Warner Lambert d'examiner l'offre de rachat de Pfizer, cette dernière société a dorénavant la main sur son rival American Home Products.

L'offre de rachat surprise de Schwab sur US Trust semble indiquer que d'autres alliances devraient prendre place cette année, facilitées par l'adoption de la nouvelle loi bancaire. Cela devrait relancer nettement l'intérêt pour les valeurs financières dont la performance a été relativement médiocre depuis une année. A noter encore que la détermination affichée des producteurs de pétrole de l'OPEP de reconduire, au-delà du mois de mars, les quotas de production actuels est une nouvelle favorable pour les titres du secteur énergétique. n

*PICTET & Cie.