Le domaine du consulting immobilier aux entreprises se porte plutôt bien en Suisse. Les besoins des sociétés dans ce secteur sont nombreux: s'installer depuis l'étranger, réorganiser des activités ou se regrouper dans certains immeubles. De plus en plus de régies et de consultants indépendants se sont lancés dans ce créneau en croissance. Créée en 1999, SPG Intercity, issue de la régie genevoise Société Privée de Gérance, et associée avec la société zurichoise Intercity, s'est constituée depuis en entité distincte.

Outre la recherche de sites (bureaux, magasins, locaux industriels) et de locataires, les consultants offrent une assistance spécialisée dans les négociations de baux, des conseils stratégiques en restructuration ou en optimisation de sites. «Nous conseillons sur les durées et formes de détention des locaux en fonction de l'évolution des besoins des entreprises et de leurs impératifs financiers, explique François Micheli, associé de Colliers AMI, juge assesseur au tribunal des baux. Nos clients cherchent aussi une indépendance dans le conseil et une absence de conflit d'intérêts dans la mise en œuvre.»

Les consultants SPG Intercity et Colliers AMI attestent d'une progression de leurs chiffres d'affaires dans ce domaine. «Nous devons déménager car nous avons doublé nos effectifs depuis l'année dernière», affirme François Micheli.

Nette tendance à «outsourcer»

SPG Intercity se spécialise dans la recherche de surfaces pour des sociétés étrangères voulant s'installer en Suisse. «Un groupe américain ne sait pas sur quelle rive du lac s'installer. On ne conseillera pas à un banquier de s'installer à Meyrin», explique Martin Dunning, directeur de SPG Intercity à Genève. L'année dernière, Polo Ralph Lauren a mandaté SPG Intercity pour la recherche d'un site à Genève. Le consultant a aussi participé à la recherche d'une surface en Suisse pour Google, qui a finalement opté pour l'Irlande. Dans le cadre de sa restructuration après la fusion, le groupe bancaire UBP a mandaté Colliers AMI pour un conseil sur la stratégie immobilière optimale et sa mise en œuvre.

«Il y a une tendance majeure chez les entreprises à «outsourcer» la plupart des activités liées à la gestion des locaux et à se concentrer sur leur compétence de base», constate Mark Christen, directeur de Maintenance and Facility-Management Society of Switzerland (MFS). Cela leur permet d'avoir moins de collaborateurs internes, ce qui flexibilise la charge salariale: on peut cesser plus facilement la relation avec un contractant qu'avec des employés.» «Si la structure immobilière d'un groupe est trop grande, un directeur financier peut vite se retrouver à gérer les locaux à la place des finances du groupe», observe pour sa part Martin Dunning. «L'immobilier d'entreprise est un travail de spécialiste, souligne François Micheli. Il faut bien connaître le droit du bail, la finance, le domaine hypothécaire, et ces compétences manquent souvent à l'interne.» Ces consultants ne travaillent que sur la base du résultat: «Dans la recherche de sites, nous ne sommes payés que si nous trouvons les locaux pour le client», précise Martin Dunning. Chez Colliers AMI, François Micheli indique qu'en plus des honoraires de base, des «success fees», ou bonus, sont gagnées à la fin d'un mandat de conseil seulement si le consultant a atteint ou dépassé les objectifs.