Le marché immobilier demeure attractif, de l’avis de Swiss Life

Assurance Le groupe n’observe pas de surchauffeen Suisse

L’action poursuit sa hausse à l’annoncedu résultat semestriel

Le risque de bulle immobilière a présenté ce printemps la plus forte hausse depuis fin 2012, selon un rapport d’UBS présenté début août. Nul besoin de s’inquiéter, selon le plus grand propriétaire immobilier suisse, Swiss Life. En marge de la conférence de résultats, vendredi à Zurich, la société nous indique «que notre marché, celui de l’immobilier institutionnel, n’est pas en surchauffe». L’assureur observe que les taux négatifs et la levée du cours plancher produisent «des effets aussi bien positifs pour l’immobilier (attrait relatif des placements immobiliers par rapport aux autres classes d’actifs, notamment un écart de rendement de 3% par rapport aux obligations à dix ans de la Confédération) que négatifs (ralentissement conjoncturel)». Les critères clés dans ce secteur restent l’emplacement de l’objet et la sécurité des rendements locatifs. Swiss Life juge «attractif l’immobilier commercial des principales rues marchandes, alors qu’il est plus compliqué de trouver preneur pour les surfaces vacantes en périphérie.»

Le groupe ne publie pas de rapport indiquant le rendement par classe d’actifs, mais celui de ses fonds immobiliers est disponible fin juillet. Le rendement sur un an atteint 5,5% (contre 5,05% pour l’indice) pour son fonds sur l’immobilier commercial (862 millions d’actifs gérés) et 6,69% pour le fonds immobilier diversifié (1,58 milliard sous gestion) avec 50 à 75% de résidentiel (5,05% pour l’indice).

Swiss Life investit fortement dans la gestion d’actifs, notamment dans l’immobilier. Au premier semestre, l’argent confié par les investisseurs est en nette augmentation, selon la société. L’argent frais s’élève en effet à 4,2 milliards de francs fin juin (+92%). Ce gain est toutefois grignoté par la hausse du franc, si bien que le groupe gère 178,66 milliards de francs dans l’asset management (–2%).

L’analyste de la BCZ applaudit la performance de gestion enregistrée dans un contexte de taux nuls, voire négatifs. Le rendement net des placements atteint 2% (non annualisé), contre 1,9% au premier semestre 2014. L’objectif pour l’année semble à portée de vue (3,1 à 3,3%).

Au total, le résultat semestriel de l’assureur vie, présenté à la presse vendredi, a dépassé les attentes. L’action a clôturé vendredi en hausse de 1,63%, à 237,50 francs.

Le bénéfice net du groupe dirigé par Patrick Frost progresse de 1% à 493 millions de francs et dépasse les attentes de 25 millions de francs. L’analyste de la Banque Cantonale de Zurich se dit particulièrement satisfait par la maîtrise des coûts et par la croissance dans les affaires de commissions (+15% en monnaies locales).

Dans le métier de base du groupe, l’assurance vie en Suisse, les recettes de primes se sont accrues de 7%. Le même taux de croissance a été enregistré dans l’assurance vie collective (caisses de pension). La progression moyenne du marché n’a été que de 1%. AXA Winterthur, le principal concurrent de Swiss Life, fait preuve d’une grande prudence à l’égard de l’assurance complète LPP (avec garantie intégrale du capital) puisqu’il a, lui, enregistré une baisse de 4,8%.

Malgré sa croissance sur le marché suisse, les coûts de Swiss Life ont diminué de 3%. Le bénéfice de la division Suisse a baissé de 3% (400 millions de francs), alors que celui de la gestion d’actifs a bondi de 36% (101 millions de francs), en France de 27% (126 millions d’euros), en Allemagne de 17% (50 millions d’euros), sur le segment international destiné à la clientèle très fortunée de 13% (21 millions).

Swiss Life juge «attractif l’immobilier commercial des principales rues marchandes»