Les semaines passent et se ressemblent sur le marché suisse, qui vit au rythme des publications de résultats mais ne peut que rêver pour le moment de la barre des 8000 points. Du côté des bonnes surprises de la semaine écoulée, Serono et Julius Bär se sont rappelés à nos bons souvenirs avec des résultats encourageants qui auront redonné des couleurs au cours de leurs actions. La réaction de la société Sulzer était particulièrement attendue la semaine passée après l'offre de rachat hostile de la part d'InCentive, la société de participations du financier bâlois René Braginski. Pressés par le temps (l'offre publique d'achat sera effective le 17 avril 2001), Ueli Roost et son management ont proposé un plan d'action allant dans le sens de celui proposé par InCentive: spin-off de Sulzer Medica et vente d'une partie des activités traditionnelles de Sulzer Industrie. Il est certainement trop tôt pour dire laquelle des deux alternatives sera choisie par les actionnaires de Sulzer. On peut cependant se poser la question de savoir si un bastion de l'industrie suisse comme Sulzer méritait tel destin… Du côté des titres technologiques, la semaine écoulée ne restera pas dans les mémoires. Les perspectives de l'industrie des semi-conducteurs semblent s'assombrir mois après mois tandis que nombre d'entreprises du Nouveau Marché éprouvent des difficultés à réaliser les ambitieux business-plans présentés lors de leur entrée en Bourse. Seuls les titres medtech, qui ont subi d'importantes corrections ces dernières semaines, semblent receler un potentiel de cours intéressant à court terme. L'évolution de la Bourse suisse ces prochains mois dépendra en partie des chiffres de croissance publiés par le Secrétariat d'Etat à l'économie. Le dernier trimestre 2000 aura vu un ralentissement important de l'activité, en raison principalement d'une plus faible consommation des ménages. Il convient toutefois de remarquer que 2000 aura été une année record et que les perspectives pour 2001 ne sont pas aussi négatives qu'il n'y paraît. Nous tablons sur une croissance supérieure à 2% et nous nous sommes fixé un objectif de cours à douze mois de 8600 points pour le SMI.