La bonne tenue de l'économie américaine, la reprise des marchés obligataires et le climat propice qui accueille la saison de publication des résultats: tout y est! Pourtant, le rallye estival se fait attendre.

Si les deux géants pharmaceutiques suisses, Roche et Novartis, ont publié des résultats semestriels légèrement supérieurs aux attentes, le marché ne démord pas d'une certaine réserve à l'égard du secteur, une attitude qui pourrait prévaloir à court terme. Après le parcours décevant qu'il a connu récemment, le titre Swisscom s'est bien repris; la vente attendue de Cablecom devrait permettre à la société d'engranger des liquidités substantielles, conférant du même coup un tour plus probant au financement de l'acquisition de Debitel. Dans le domaine des spécialités chimiques, Clariant, leader suisse du secteur, a fait état d'un recul de ses ventes au terme du premier semestre (–5%). Ce résultat est néanmoins meilleur que prévu et confirme bel et bien le retournement amorcé par le cycle des chimiques.

Dans le segment des petites sociétés, une certaine prudence est à préconiser à l'égard de Zehnder, dont l'action n'a cessé de grimper cette année, surperformant le SPI de 40%. Le management de la société envisage encore l'exercice en cours avec circonspection, la pression sur le prix des radiateurs étant vraisemblablement appelée à se maintenir. Les bons résultats semestriels de Charles Vögele, récemment introduit sur le marché suisse, pourraient permettre au titre de retrouver une certaine vitalité, après un départ en bout de piste le mois dernier. Alliant une évaluation attrayante à de bons fondamentaux, Barry Callebaut pourrait être une valeur à surveiller de près.

La reprise est bien amorcée, en Asie comme en Europe, et c'est là une des raisons pour lesquelles nous restons optimistes quant à l'évolution du marché suisse.

* Lombard Odier & Cie.