Télévision

Le marché suisse de la vidéo à la demande sera bientôt bouleversé

Le groupe Sky, propriété de Rupert Murdoch, a racheté la société suisse HollyStar, qui fournit notamment ses séries et films à Sunrise, VTX et Ex Libris

Aujourd’hui, qui dit vidéo à la demande, en Suisse, pense avant tout à Swisscom, UPC (anciennement Cablecom) ou Netflix. Mais dans l’ombre de ces géants, Homedia, qui est connue sous sa marque HollyStar, trace sa voie. L’entreprise basée à Neuchâtel propose en direct, via un service de streaming, séries TV et films depuis plusieurs années. C’est aussi elle qui fournit à Sunrise, VTX, Ex-Libris (propriété de Migros), Teleboy, Samsung, ou encore Quickline l’entier de leur offre de vidéo à la demande. Et la semaine passée, Hollystar a été rachetée par Sky.

C’est ainsi l’un des plus grands groupes mondiaux en matière de télévision qui arrive ainsi en Suisse. Sky Allemagne, qui a conclu le rachat, appartient à 100% au groupe Sky, propriété du magnat des médias Rupert Murdoch. En Europe, Sky compte pas moins de 22 millions de clients.

Aujourd’hui, l’exclusivité compte énormément pour séduire et fidéliser les clients

Eric Grignon, directeur de Hollystar

Directeur de Hollystar, Eric Grignon estime que ce rachat aura des conséquences pour ses clients. «A long terme, Sky va nous permettre de décupler nos possibilités. Sky est la plus grosse société de divertissement au monde et elle détient des droits exclusifs pour certaines émissions et séries. Et aujourd’hui, l’exclusivité compte énormément pour séduire et fidéliser les clients». Le catalogue de HollyStar pourrait du coup s’étoffer de nouveaux contenus: Eric Grignon souligne ainsi qu’en Allemagne, Sky est le partenaire exclusif de HBO et de Showtime et que la série «Game of Thrones» n’est visible que sur Sky.

Catalogue de 10 000 titres

Aujourd’hui déjà, HollyStar parvient à rivaliser avec ses concurrents. Son catalogue est fort de 10 000 titres, comprenant tant des films, des épisodes de séries et du contenu pour enfants. Il est possible de louer dès films dès 5,40 francs l’unité (8,40 francs pour les nouveautés). Un abonnement dit «premium», coûtant 9,90 francs par mois, permet de faire baisser ces deux prix à 4 francs l’unité. Certains films sont proposés à l’achat pour une vingtaine de francs. Quant aux épisodes de séries, ils sont généralement proposés à 2,90 francs l’unité et à une trentaine de francs pour une saison complète. L’offre est accessible sur son téléviseur, son ordinateur, sa tablette, son smartphone ou encore son Apple TV.

Homedia a été le premier, suivi ensuite par Swisscom et UPC, à proposer certaines séries américaines dès le lendemain de leur diffusion aux Etats-Unis. «D’abord nous les proposons en version originale sous-titrée, ensuite en français, poursuit Eric Grignon. Pour l’heure, ces séries très récentes ne sont proposées qu’à l’achat. Mais peut-être qu’avec Sky, nous pourrons les proposer dans notre abonnement».

Netflix plus agressif

HollyStar ne communique pas le nombre de ses clients indirects (via Sunrise ou VTX, par exemple), mais affirme compter environ 35 000 clients en direct. Selon Eric Grignon, la concurrence d’Amazon, qui est récemment rentré sur le marché suisse, n’est pas encore vive: «Ses prix sont en euros, le catalogue est encore limité et il n’y a aucune exclusivité pour la Suisse. Le catalogue d’iTunes (ndlr: appartenant à Apple) n’est lui aussi pas très développé».

Par contre, Netflix, qui a lancé ses activités en septembre 2014 en Suisse, est beaucoup plus agressif sur le marché helvétique. De leur côté, Swisscom et UPC ont l’avantage d’avoir des clients en quelque sorte «captifs», qui sont abonnés avant tout à des services de télévision en achetant en parallèle quelques films, séries ou matches chaque mois. A noter que le montant de la transaction n’a été communiqué ni par Sky, ni par Homedia. Cette dernière compte 25 collaborateurs dont l’emploi ne serait pas menacé.

Lire aussi: Face à Netflix se dressent plusieurs offres de vidéo illimitées en Suisse

Publicité