La Bourse japonaise a débuté la nouvelle année de façon laborieuse. Des prises de bénéfices importantes ont fait suite aux fortes hausses de décembre et il n'est pas rare de voir des titres importants de la cote comme Sony ou Matsushita Communication perdre plus de 20% en janvier. Ce qui frappe le plus l'observateur, c'est la soudaineté de ces ajustements. Cette dernière s'explique probablement par le fait qu'une fois présents dans tous les portefeuilles, ces titres ont de la peine à trouver de nouveaux acquéreurs lorsqu'ils sont remis sur le marché.

Ainsi, privée de la hausse d'un grand nombre de valeurs électroniques, la Bourse a du mal à trouver un secteur de remplacement qui soit convaincant. L'activité des investisseurs glisse ainsi d'un compartiment du marché à l'autre, suivant l'inspiration ou le thème du jour. Le volume des transactions demeure important, car si les investisseurs étrangers font une pause, les investisseurs privés japonais effectuent un retour remarqué. L'activité générée par ces derniers auprès des maisons de courtage ne cesse d'augmenter, grâce aux possibilités de transactions offertes par Internet, à la hausse des valeurs boursières largement commentée dans les quotidiens et au remboursement imminent de fonds d'épargne de la poste nippone. Cette augmentation d'activité tend à créer des mouvements aussi subits que limités dans le temps car étant le résultat d'engouement de ces investisseurs pour des thèmes sans égard pour les fondamentaux ou les ratios que les professionnels aiment tant. Le nombre de titres en hausse augmente donc, permettant à l'indice Nikkei de dépasser brièvement 19 000 points, mais sans tendance sectorielle claire.

Nous nous trouvons dans les deux derniers mois de l'année fiscale, période propice au dénouement de participations croisées. Il y a fort à parier que ces ventes «structurelles» vont s'accélérer en raison de la volonté des entreprises de restructurer leur bilan et de réduire leur endettement. Cette pression à la vente devrait s'atténuer dès le mois d'avril tout comme la visibilité sectorielle devrait augmenter.

*Pictet & Cie.