Vendredi dernier, le marché de Taïwan a clôturé à 7411,58, abandonnant 506,46 points, soit 6,4%. C'est la plus forte baisse enregistrée en une seule journée depuis le 5 janvier 1996. Sur les 511 sociétés cotées, 355 ont baissé du maximum possible (7%) en une séance. Cette seule journée pousse la baisse hebdomadaire à 13%.

La cause de cette baisse est une petite phrase du président Lee Teng-hui, qualifiant les relations entre la Chine et Taïwan de «Etat à Etat», provoquant ainsi la Chine qui refuse la souveraineté de Taïwan. Les rumeurs vont bon train dans les quotidiens de Hongkong. La province de Fujian, qui fait face à Taïwan, aurait été déclarée hier zone de survol interdite pour faciliter les vols militaires.

La Chine pourrait refaire des lancements de missiles autour de Taïwan, bloquant ainsi les ports de Kaohsiung et Keelung. Cette démonstration militaire avait déjà été utilisée en 1996. Selon certaines sources, l'armée chinoise serait en état d'alerte niveau 2 alors qu'à Taïwan le niveau serait de 3. Toutefois, une intervention militaire sur l'île est très peu probable. Les Etats Unis, bien que ne reconnaissant que la souveraineté de la Chine et rejetant donc l'indépendance de Taïwan, s'opposent farouchement à une agression militaire chinoise.

Toute cette agitation et ces rumeurs ont largement entamé la confiance des investisseurs, provoquant une forte correction. Bien que le mouvement de baisse ne soit pas nécessairement terminé, nous estimons qu'il représente une formidable opportunité d'achat. Taïwan regorge de sociétés technologiques à l'image de TSMC (Taïwan Semiconductor Manufactuning Company), leader mondial de la production de semi-conducteurs sur commande.

* Darier, Hentsch & Cie.