Un œil sur la place financière

Les marchés des capitaux s’ouvrent au financement de projets écologiques et sociaux

Il n’existe pas de définition légale des obligations vertes ou d’impact. Une piste intéressante passerait par une définition claire des objectifs poursuivis par l’émetteur, couplée à des mécanismes permettant de contrôler de manière crédible leur réalisation

Ces dernières décennies ont vu l’émergence de nouveaux types d’instruments financiers visant à promouvoir des objectifs écologiques et sociaux. Les obligations dites vertes (climate ou green bonds), qui ont connu un succès fulgurant, en sont un exemple notable. Le produit de ces obligations est typiquement investi dans des projets visant à lutter contre le changement climatique. Ces obligations sont généralement émises par des Etats et organisations gouvernementales (e.g. Banque mondiale), voire par des sociétés privées (e.g. Apple).

Lire aussi: Patrick Njoroge, Banque centrale du Kenya: «La finance durable est un marathon qui a déjà commencé»