La publication de l'indice des directeurs d'achat américain en forte baisse depuis juillet 1996 avait redonné un peu d'air aux marchés lundi, laissant augurer un possible ralentissement de l'économie américaine et repoussant par la même occasion la nécessité d'un resserrement monétaire. Cependant, la bonne tenue des indices de production européens allait rapidement faire resurgir les craintes de hausse des taux d'intérêt ce mardi. Malgré une légère hausse des places asiatiques, l'ensemble des Bourses européennes se repliait à l'ouverture. L'indice Euro Stoxx 50 cédait 0,4% dès les premiers échanges. La situation restait inchangée à la mi-journée, ce même indice reculant alors de 0,5%. L'ouverture à la hausse de New York allait permettre aux marchés européens de se redresser, l'ensemble des places repassant dans le positif. Ce mouvement fut très bref, puisque après une demi-heure d'échanges à Wall Street, les Bourses européennes reculaient à nouveau de 0,5%

L'Europe terminait la journée comme elle l'avait débutée, soit en recul de 0,5% pour l'ensemble des marchés, à l'image de l'indice Euro Stoxx 50 en baisse de 0,54%. Le marché espagnol se détachait, avec un gain de 0,36%. Seuls les secteurs des matières premières (1,8%), de la pharmacie (0,8%), des conglomérats (0,6%) et de la construction (0,5%) évoluaient positivement. Pour les plus forts mouvements baissiers, on retiendra les secteurs de la distribution (–2,2%), des médias (–1,6%) et des financières (–1,3%). Par titre, on remarquait la progression de 6% de Adidas et 5% de Pechiney, et le recul de 5,7% de Hochtief suite à la remise en cause du contrat de Berlin, Alitalia perdait 5,7% suite aux difficultés de l'industrie évoquée à travers les résultats de KLM.

Sur le front des fusions et acquisitions, les rivalités dans le domaine bancaire français se poursuivaient de plus belle, la Société Générale ayant été condamnée par le Tribunal de commerce de Paris pour une publicité peu loyale envers la BNP. Dans l'automobile, un article du Wall Street journal mentionnait l'intention du coprésident de DC d'abaisser les membres du conseil d'administration pour accélérer la fusion entre Daimler et Chrysler.

La sortie de résultats semestriels bat son plein. Dans le domaine des assurances, le britannique Norwich Union présentait un bénéfice opérationnel sur le premier semestre en hausse de 5% par rapport à l'année dernière. La banque britannique Natwest annonçait un bénéfice opérationnel en hausse de 18%, une performance supérieure aux attentes des analystes. La société se déclarait confiante sur les perspectives et rappelait sa volonté de réduire les coûts. L'allemand Fresenius, leader mondial des produits et services contre les maladies rénales, annonçait une progression de 25% du bénéfice net pour le premier semestre, un chiffre légèrement supérieur aux attentes des analystes. Le titre remplacera Hoechst dans l'indice Dax en septembre.

La compagnie aérienne KLM a annoncé un recul de 53% de son résultat opérationnel trimestriel et prévoit un fort repli de celui-ci pour l'année en cours. Le secteur est actuellement très pénalisé par des surcapacités qui pèsent sur les marges des compagnies, notamment sur la route nord-atlantique. Toutes les compagnies sont concernées par ce problème. Du point de vue boursier, l'ensemble des sociétés est actuellement dans une zone de hautes turbulences. Un point positif cependant: le projet de fusion avec Alitalia devrait permettre à KLM d'économiser 400 millions d'euros d'ici à 2002.