La Bourse de Paris a terminé en fort recul jeudi, au terme d'une séance dont les équipementiers en télécoms en particulier, et les valeurs technologiques en général, ressortent éreintés, après l'annonce, par l'américain Motorola, d'une probable réduction à venir de ses ventes. L'indice CAC 40 des valeurs vedettes parisiennes a terminé sous les 6400 points, en accusant une chute de 2,68% à 6354,93 points. Ailleurs en Europe, l'indice Euro Stoxx 50 était aussi dans le rouge (–1,71%). «Le marché est dans une phase de pessimisme vis-à-vis des technologiques, et il réagit de manière exagérée à toute mauvaise annonce, même déjà connue. Les gérants de portefeuille et de fonds de pension agissent sans aucun discernement, ils jettent tout par-dessus bord», avance l'opérateur d'une société de Bourse parisienne.

A Paris, le volume d'échanges global sur le Premier marché à Règlement mensuel a été «conséquent pour un marché estival», selon une source de marché, à 4 milliards d'euros. Plus d'un milliard d'euros ont été échangés sur les seuls Alcatel, la valeur la plus traitée ce jeudi, et France Télécom. Alcatel perd 6,58% à 71 euros, «en dépit de l'annonce de résultats magnifiques, la semaine dernière», selon un opérateur, et Sagem cède 7,89% à 257 euros. Interrogé à la suite de l'annonce de Motorola, Alcatel a annoncé maintenir ses objectifs de vente de téléphones mobiles pour l'année en cours. Le recul s'étend à toutes les valeurs technologiques, comme France Télécom, qui perd 1,79% à 131,40 euros, ou Thomson CSF (–9,56% à 42,96 euros): «Là, on ne sait plus pourquoi», avoue, perplexe, le même opérateur.

STMicroelectronics abandonne 6,85% à 57,10 euros, Cap Gemini perd 4,86% à 189,80 euros, Lagardère cède 4,40% à 71,70 euros, et Equant recule de 7,12% à 40,31 euros. Bouygues, lui aussi fortement touché, perd 5,79% à 61 euros.

Les autres valeurs ont pâti elles aussi de prises de bénéfices, comme LVMH, qui cède 2,50% à 93,60 euros, Danone qui abandonne 2,83% à 154,50 euros, ou encore Accor (–2,36% à 46,76 euros).

AFP