La Bourse de Londres a clôturé mardi en nette hausse, grâce à la bonne tenue des valeurs bancaires et pétrolières, tandis que les actions des télécommunications continuaient d'être délaissées par les investisseurs.

A la fermeture du marché, l'indice Footsie des cent principales valeurs a enregistré un gain de 42,6 points par rapport à lundi, soit 0,65%, à 6584,8 points. Le volume des transactions était évalué en fin de séance à 1,8 milliard d'actions, avec 52 titres du Footsie en hausse et 47 en baisse. L'indice techMARK des cent valeurs technologiques vedettes a terminé en progression de 0,64%, gagnant 23,45 points à 3675,11 points.

Après avoir ouvert dans le rouge, le marché s'est très vite orienté à la hausse, dans un volume d'activité d'abord peu important en raison de la prudence des investisseurs avant une décision de la Réserve fédérale américaine sur les taux d'intérêt. La décision de la Fed était attendue pour le début de soirée. Les analystes tablaient sur un maintien des taux, ce qui a soutenu les banques: LloydsTSB a progressé de 52 pence à 650, Barclays de 44 pence à 1803, Royal Bank of Scotland de 37 pence à 1368.

Les télécommunications ont continué de céder du terrain, le marché s'inquiétant du montant record des enchères pour l'obtention des licences de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS) en Allemagne, attribuées pour un montant total de 50,806 milliards d'euros.

BT, qui a annoncé le report de sa campagne de promotion pour le lancement d'un emprunt obligataire de 10 milliards de dollars, a abandonné 31 pence à 810. Vodafone, principale capitalisation boursière de la Bourse londonienne, a reculé de 3 pence à 261,5. L'action a également souffert d'un regain des rumeurs concernant la vente du reste de la participation de Hutchison Whampoa. Les équipementiers de télécommunications étaient en revanche en hausse: Marconi a affiché un gain de 29 pence à 1134.

Les valeurs pharmaceutiques, délaissées lors des dernières séances, se sont légèrement reprises: Glaxo Wellcome était en hausse de 25 pence à 2010 et Astrazeneca de 55 pence à 3100. Les pétrolières continuaient de bénéficier du niveau élevé des prix du pétrole: BP a avancé de 8 pence à 639 et Shell de 12,5 pence à 598.

Mardi, la Bourse de Paris était toutefois en recul de 0,88%, alors que celle de Francfort progressait de 1,48%.

AFP