Accor réussit un double pari de croissance et de concentration sur ses spécialités qui sont en passe d'en faire un modèle du genre. L'acquisition probable d'une chaîne d'hôtels économiques aux Etats-Unis, Red Roof Inns Inc., apporte un complément judicieux à Motel 6. La rentabilité de la seule filiale nord-américaine d'importance avait en effet souffert d'une taille insuffisante, d'une cyclicité aggravée par une forte exposition au tourisme en raison de l'importante concentration sur l'ouest et le sud du pays et d'une vétusté coûteuse alors que l'offre de nouvelles chambres dans cette catégorie s'amplifiait. Cette acquisition permettra de redresser une rentabilité trop médiocre, de 9,7% contre 14,2% pour le restant de l'hôtellerie économique, grâce au rééquilibrage géographique et sectoriel mais aussi à l'optimisation des ressources.

L'amélioration constante ces trois dernières années du rendement des capitaux employés en Europe témoigne d'un travail systématique qui fera ses preuves maintenant de l'autre côté de l'Atlantique. Ainsi, l'amélioration conjoncturelle en Europe amplifiera encore les effets positifs des cessions des murs d'hôtels et de la plupart des filiales non stratégiques, permettant à Accor d'achever sa transformation en une société de services transparente. L'activité de tickets de services, largement diversifiée au-delà du «chèque-restaurant», a continué à apporter une substantielle trésorerie malgré le ralentissement en 1998 dû à la crise brésilienne. Dans ce contexte, la baisse de l'endettement, l'intégration réussie d'Europcar, autre point noir du groupe pendant longtemps, ainsi que l'exploitation effective de synergies encouragent nettement à acheter le titre après sa consolidation.

* Ferrier, Lullin & Cie.