Une certaine nervosité a caractérisé la place financière américaine en ce début de semaine. Les opérateurs craignent un relèvement des taux directeurs de la part de la Réserve fédérale après les propos de son président jeudi dernier. Le Dow Jones abandonnait 0,44% alors que le Nasdaq, indice de la Bourse électronique, chutait de 2,72%.

Alors que la monnaie européenne demeurait ferme face au dollar sur le marché des changes, les Bourses reprenaient un peu d'élan dès les premiers échanges. Le DAX se distinguait par sa forte volatilité. Il inversait sa tendance après avoir perdu 0,19% à l'ouverture et clôturait en hausse de 0,34%. A l'image de l'indice, Hypovereinsbank était mise sous pression car elle bondissait après l'annonce de ses résultats semestriels pour retomber par la suite

(–2,78%). La deuxième banque privée allemande publiait un bénéfice d'exploitation de 721 millions d'euros, en hausse de 14,3% par rapport à la même période de l'année précédente. Le président du directoire, Albrecht Schmidt, table sur une réduction supplémentaire des provisions pour les mois à venir et la poursuite d'une restructuration de la division des activités immobilières. Dans le sillage de Hypovereinsbank, Dresdner Bank et Commerzbank gagnaient respectivement 1,84% et 1,85%. Les investisseurs reprenaient confiance dans le secteur bancaire (+0,3%) et dans le secteur financier (+0,98%).

Parmi les valeurs de la grande distribution, le français Pinault-Printemps-Redoute publiait un accroissement de 13,6% de son chiffre d'affaires pour les six premiers mois de l'année. Ce dernier inclut trois mois du maroquinier italien Gucci, de février à avril. Les perspectives de croissance et de rentabilité sont garanties pour la seconde partie de l'exercice en raison des activités existantes et d'un programme dynamique d'acquisitions dans des secteurs porteurs. Le titre bondissait de 2,53% et entraînait tout le secteur à la hausse (+1,64%).

Outre-Manche, les nouvelles de sociétés donnaient du souffle au marché. Le spécialiste de produits ménagers Reckitt & Colman bondissait de 11,8% après avoir déclaré être en accord avec son concurrent allemand Benckiser pour fusionner. Le nouveau groupe, baptisé Reckitt Benckiser, deviendrait numéro un mondial dans le domaine d'activité avec un chiffre d'affaires de plus de 4,5 milliards d'euros. La fusion doit se faire sur la base d'une offre d'échange de 5 actions Reckitt & Colman pour une action Benckiser. La part respective de l'actionnariat des deux sociétés actuelles dans la nouvelle structure sera d'environ 59,1% pour Reckitt contre 40,1% pour Benckiser. Dans les télécommunications, British Telecom affichait une forte hausse (+6,28%) après avoir annoncé le rachat des 40% de Cellnet, deuxième opérateur de téléphonie mobile du pays, détenus par Securicor. Le FTSE montait de 1,51%.

Le secteur pharmaceutique assistait au rebond technique du groupe belge UCB (+6,32%). Le titre a subi des prises de bénéfices sur des craintes de pertes de parts de marché aux Etats-Unis pour son produit phare, le Zyrtec. Le marché belge, aidé par UCB (pondération de 5,95%), gagnait dans la foulée 0,93%. Le DJ Euro Stoxx 50 clôturait en baisse de 0,29%.