Le Dow Jones terminait la semaine en baisse de 0,23%. Le marché américain subissait des prises de bénéfices, après la progression de 1,1% de jeudi suite à la baisse des taux de la Banque centrale européenne. Lundi matin, les investisseurs prenaient également leurs bénéfices sur les marchés asiatiques, Tokyo et Hongkong perdant 2% et 1,4% respectivement. Ce mouvement baissier et la crainte d'un recul à Wall Street, après un avertissement sur les profits du géant informatique américain Compaq, laissaient présager une ouverture en recul des places européennes.

Ces dernières ouvraient en léger recul, de 0,5% en moyenne. Le marché italien faisait exception, l'indice de Milan gagnant 0,5% et cela grâce à un bond de Telecom Italia. Celui-ci grimpait de 5,4%, suite à la défaite subie ce week-end par la direction du groupe sur son plan de défense contre une OPA lancée par Olivetti. Le marché tablait sur un recours à un «chevalier blanc» ou à de nouvelles propositions destinées à faire monter le titre au-dessus des 11,5 euros offerts par Olivetti. A la mi-journée, le mouvement baissier se poursuivait, à l'image de l'indice Euro Stoxx50 qui cédait 0,4%. Le secteur des valeurs technologiques était le plus touché, l'indice européen sectoriel se repliant de 1,8%. La baisse de 2,5% de SAP ou de 1,5% de Philips s'expliquait par la crainte des investisseurs suite à l'annonce vendredi de Compaq. Le groupe américain avait en effet annoncé que les profits du premier trimestre seraient de moitié inférieurs à ce que le marché attendait. Malgré cette tendance générale à la baisse, les valeurs industrielles parvenaient à tirer leur épingle du jeu. L'indice sectoriel affichait une progression de 0,5%, tiré notamment par les valeurs Linde (+2,9%) et Mannessmann (+1,4%). L'ouverture en recul de Wall Street renforçait le mouvement baissier sur les places européennes: celles-ci accusaient alors un repli de plus de 1%. L'indice Euro Stoxx50 perdait quant à lui 0,85%.

A la clôture, l'ensemble des places européennes affichaient un léger recul. Le mouvement baissier de la journée ayant été atténué par la reprise à la hausse de Wall Street. L'indice Euro Stoxx50 restait inchangé. La seule progression du jour revenait au DAX, en hausse de 0,7%, grâce à la progression de 6,7% de la Hypovereinsbank.

Du côté des résultats de société, les nouvelles étaient peu nombreuses. Le fabricant allemand d'articles de sport Adidas annonçait un recul de 40% du résultat avant impôts pour le premier trimestre de l'année. Cette évolution négative était attendue, après un très bon premier trimestre en 1998. Elle s'expliquait principalement par de faibles ventes dans le golf, des dépenses marketing plus importantes et les charges d'intérêt liées à l'acquisition de Salomon. Pour 1999, la société anticipe toujours un important redressement du profit avant impôts, les signes de ce redressement étant annoncés pour le deuxième semestre. Le titre perdait 1,7%.

Sur le front des fusions et acquisitions, des rumeurs mentionnaient l'intérêt du groupe italien d'assurance Generali pour son concurrent INA. Une information démentie par Generali. INA gagnait 1,8% à la clôture. Le groupe français Lagardere a annoncé le rachat des 55% non encore détenus dans la radio Europe 1. Le titre gagnait 1,3%.

Dans le domaine des spiritueux, le groupe britannique Diageo avançait la probabilité de céder Cruzcampo, qui détient 25% du marché de la bière espagnole. Heineken, qui semble être le potentiel acquéreur, détiendrait alors 41% du marché en Espagne. Dans le secteur des services publics, Veba perdait 1,1%, après avoir nié l'intention de céder sa participation dans l'opérateur de téléphones mobiles E-plus. On notera enfin la nouvelle entrée dans l'indice espagnol du titre Radiotronica, une société active dans l'équipement de télécommunications. Cette entrée est prévue la semaine prochaine, en remplacement de Banco Central Hispano, amenée à fusionner avec Banco Santander.