Jeudi, les marchés d'actions américains terminaient sur une note mitigée. Sur fond d'inquiétude concernant la prochaine hausse des taux d'intérêt et la flambée des prix pétroliers, le Dow Jones cédait 0,6%. Un des principaux responsables de sa baisse était Microsoft (–7,2%) qui publiait ses résultats trimestriels. En revanche, le Nasdaq franchissait aisément son record qu'il avait frôlé la veille, terminant à 4,151 points (+0,5%). Sur le marché obligataire, le rendement moyen des bons du Trésor à 30 ans, principale référence, se détendait légèrement à 6,72% contre 6,74% la veille.

Vendredi matin, les marchés financiers européens s'avéraient hésitants. Le Comité de la Banque centrale européenne se réunissait le matin et les investisseurs semblaient vouloir attendre l'annonce des décisions prises par le Comité. A la mi-journée, les places financières européennes affichaient des orientations divergentes: Paris (+0,5%) se portait plutôt bien, le marché allemand (+0,1%) stagnait, tandis que Londres (–1,4%) était à la peine. En début d'après-midi, la BCE annonçait qu'elle gardait son principal taux d'intérêt inchangé à 3%, bien qu'une hausse serait probable durant le premier trimestre. Cette nouvelle n'influençait toutefois pas les marchés qui étaient peu volatils.

Grand gagnant de la journée, le secteur de la technologie continuait à afficher une excellente santé. A l'annonce d'excellents résultats et de perspectives encourageantes, STMicroelectronics (+6,5%) et ASML (+13,8%) s'envolaient. Quant à Philips, le plus grand fabricant européen de puces, il progressait de 3,6%. Dans la technologie toujours, les «web agencies» se faisaient une fois encore remarquer. On ne pouvait que constater les progressions des suédoises Framfab (+7,2%) et Icon Medialab (+4,7%), leaders dans le secteur en Europe. Ce sont des acteurs spécialisés dans l'élaboration des sites de commerce électronique, pour les grandes entreprises en particulier; celles-ci en effet prennent aujourd'hui conscience de la nécessité d'être rapidement présentes sur ce terrain-là. Certaines «web agencies» affichent des progressions boursières spectaculaires depuis quelques mois et atteignent des capitalisations de près de 6 milliards de francs pour Framfab contre plus de 3 milliards de francs pour Icon Medialabs. Les investisseurs se positionnent de plus en plus dans ces valeurs à travers lesquelles ils espèrent jouer la croissance d'Internet.

Parmi les mauvaises performances du jour figuraient toujours les banques et les assurances, sensibles aux taux d'intérêt.

Au niveau des indices, le CAC40 (+1,1%), le DAX (+0,3%) et l'Euro Stoxx 50 (+0,2%) clôturaient en hausse, tandis que le FTSE régressait (–1,5%).