Une des caractéristiques du ralentissement économique que connaissent les Etats-Unis est certainement la vitesse des ajustements. La lettre «V» qui schématise le scénario largement attendu de ralentissement-reprise est aussi celle de la vitesse. Sur l'appareil de production, les dépenses d'investissement et les carnets de commandes, les adaptations au nouvel environnement se font rapidement et brusquement. Il est donc plutôt rassurant de voir la Réserve fédérale réagir avec la même promptitude et de manière déterminée dans l'assouplissement de sa politique monétaire. C'est la raison pour laquelle le marché table sur un ralentissement passager de l'activité économique.

Dans quelle mesure le marché américain des taux d'intérêt souscrit-il à ce scénario? Plusieurs indices révèlent une bonne dose de confiance dans sa probabilité d'occurrence. Premièrement, les rendements des emprunts du Trésor ont cessé de baisser pour se stabiliser aux alentours de 5%. Deuxièmement, la pente de la courbe des rendements entre 2 et 10 ans est redevenue nettement positive. Et troisièmement, le coût du capital pour les sociétés privées avec une notation BBB (catégorie représentant la moyenne des entreprises américaines) a continué à reculer. La réduction de l'écart de rendement entre emprunts gouvernementaux et privés traduit une diminution globale de la prime de risque de l'entreprise America Inc. Ainsi, le niveau des taux d'intérêt et celui des spreads de crédit marquent la confiance des opérateurs dans une sortie rapide par le haut de la situation économique actuelle. En résumé, la vitesse des ajustements (économique et financier) semble être le meilleur garant du scénario en «V».

* Union Bancaire Privée.