Brexit

Les marchés réagissent au vote de la Chambre des communes

Les bourses européennes attendent les prochaines étapes politiques au Royaume-Uni. A commencer par la motion de défiance contre la première ministre, qui sera soumise au vote mercredi soir

La bourse de Londres a basculé légèrement dans le rouge une heure après l’ouverture mercredi matin. En revanche, les autres places financières européennes ont progressé de quelques points. «Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin dans le sillage de la clôture des marchés américains», avaient prévenu dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève, et ce malgré le rejet de l’accord sur le Brexit par le parlement britannique mardi soir. Idem en Asie, où les principales places financières ont évolué en vert dans les sillages de mesures de relance économique annoncées mardi matin par Pékin.

«Personne n’a été surpris de constater que les députés du parlement britannique ont voté contre un accord qui était unanimement décrié à la fois par les pro-Brexit et par le reste de la Chambre des communes», a souligné pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets cité par l’AFP.

Prochaines étapes

L’effet le plus notable de ce rejet s’est pour l’instant fait sentir sur le marché des changes. Peu avant le vote qui a rejeté massivement l’accord sur le Brexit avec l’Union européenne (UE), la livre sterling avait reculé quelque peu avant de reprendre. Comme pour les bourses mercredi matin, les cambistes regardent déjà vers les prochaines étapes. La toute première: la motion de défiance contre la première ministre Theresa May, qui sera soumise au vote mercredi soir.

Notre revue de presse: Brexit: hérissés, les médias analysent le désastre du «non» à Theresa May

Les observateurs politiques pensent aussi à une extension possible de l’article 50 du Traité européen, qui régit le divorce d’un Etat membre. Mercredi matin, la Commission européenne a toutefois averti qu’une telle extension doit au préalable obtenir l’aval de tous les 27 Etats membres de l’UE. Et par ailleurs, l’article ne pourrait être étendu au-delà des élections européennes en mai. A Bruxelles, on voit mal les Britanniques participer à ce scrutin alors qu’ils sont en train de quitter l’Union.

Les marchés resteront volatils

Pour Stephanie Kelly d’Aberdeen Standard Investments, les marchés vont certes prendre des positions à court terme par rapport à la défaite de Theresa May et à la motion de défiance qu’elle affrontera mercredi soir. «Mais ils peuvent aussi regarder plus loin, par exemple sur la position de l’opposition travailliste, a-t-elle écrit dans une note mercredi matin. Une position plus nuancée par rapport au Brexit serait bien accueillie alors que les investisseurs battraient en retrait au cas où le Labour maintiendrait ses positions sur des sujets controversés comme les nationalisations.»

Une tribune de Denis MacShane: La saga du Brexit va se poursuivre durant des années

Pour sa part, Dave Lafferty, chef stratège Marchés chez Natixis Investment Managers, estime que la première ministre Theresa May devrait survivre à la motion de défiance de mercredi soir «parce que les conservateurs ne veulent pas que les travaillistes reviennent aux affaires et prennent en charge la sortie du Royaume-Uni de l’UE». Selon lui, les marchés resteront volatils ces prochains jours dans l’attente d’un plan B que la première ministre devra présenter ces prochains jours. «Il n’y a rien de fondamental qui a changé la nuit dernière, affirme Dave Lafferty. La chose la plus sensée pour les investisseurs est de ne rien faire à court terme.»

Retour en vidéo sur la soirée qui a vu le parlement britannique rejeter l’accord de Theresa May sur le Brexit:

Publicité