Les marchés financiers détestent le manque de clarté des gardiens de l’ordre monétaire et financier que sont les banques centrales, en particulier de la Réserve fédérale américaine (Fed). Jerome Powell, président de la Fed, s’est abstenu de tout commentaire, jeudi soir, sur le niveau des obligations souveraines. Les taux longs ont doublé aux Etats-Unis en six mois. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans se traite désormais à 1,62%, contre 0,5% le 4 août. Le patron de la Fed s’est contenté d’affirmer que le chemin serait «encore long» avant qu’il ne modifie sa politique monétaire. Son attitude passive n’a pas plu à des investisseurs en quête de réconfort. «Les marchés financiers testent la volonté de la Fed de continuer à injecter des liquidités», avance Arthur Jurus, chef économiste auprès de Landolt & Cie.

Les chiffres du marché du travail américain, publiés vendredi, ont accéléré la hausse des taux d'intérêt. En effet 379 000 emplois ont été créés en février, bien plus que les 200 000 attendus par les économistes. Les statistiques de janvier ont également été revues à la hausse, à 166 000 au lieu des 49 000 initialement annoncés.