Technologie

Mariés, Twint et Paymit feront face ensemble à Apple Pay en Suisse

Les deux systèmes de paiement et de virement d’argent via smartphone devraient fusionner. En face, Apple Pay pourrait bientôt venir en Suisse

C’est sans doute la fin d’une guerre fratricide entre deux solutions suisses de paiement via smartphone. Mercredi, les principales entreprises qui développent les systèmes Paymit et Twint ont annoncé qu’elles envisagent de les fusionner. Ces dernières semaines, les deux applications s’étaient enrichies de nouvelles fonctions qui en faisaient presque des sœurs jumelles. Cette annonce intervient alors qu’Apple pourrait entrer dans les prochains mois sur le marché suisse avec sa propre solution de paiement sur iPhone.

Mercredi, c’est par un communiqué commun que Credit Suisse, PostFinance, Raiffeisen, UBS, la Banque Cantonale de Zurich, le prestataire de services d’infrastructure financière SIX, Coop, Migros et Swisscom ont fait cette annonce. Les sociétés parlent de «discussions exploratoires relatives à une solution commune de services de paiement numérique en Suisse». Et sans garantie de succès, précisent les entreprises, qui remarquent que Twint et Paymit «diffèrent non seulement quant à leurs possibilités d’utilisation mais aussi leurs sous-jacents technologiques».

Mais en réalité, les deux solutions se sont tellement rapprochées en termes de fonctions qu’une fusion semblait inéluctable. «Ce rapprochement n'est pas une surprise, il y avait des rumeurs sur le marché depuis un moment. Cette fusion envisagée est une bonne chose, la Suisse sera dotée d'un acteur fort, il était un peu absurde d'avoir deux systèmes si proches», estime Marc Bernegger, entrepreneur sur Internet et investisseur dans la «fintech». En octobre dernier, Alexandre Zeller, président de SIX, l'opérateur de la bourse suisse, déclarait au «Temps»: «Il est évident que plus nous sommes fragmentés, plus il sera difficile d'imposer une solution suisse face aux géants de la technologie. Tout se jouera d'ici 18 à 24 mois.»

De plus en plus proches

Pour mémoire, Twint avait été présenté par PostFinance en juin 2015, avec un lancement national en octobre de la même année. L’application (pour téléphone Android et iPhone) permet, en la liant à un compte bancaire, de régler ses achats à La Poste, mais aussi dans les magasins Coop et certains petits commerces, tels des fleuristes ou des garages. De son côté, Paymit, soutenu surtout par UBS, a démarré ses activités en permettant de se rembourser de l’argent entre amis. Paymit devrait, dans les prochains mois, permettre aussi de régler ses achats, comme Twint. Paymit, lancée en mai 2015, totalise 140'000 téléchargements.

Mercredi, les sociétés soutenant ces deux projets affirmaient que les développements prévus se poursuivront à moyen terme. Les premiers résultats des discussions seront rendus publics au plus tard début mai.

Le soutien de grandes sociétés n'est pas un gage de succès. On se souvient qu'en 2015, Swisscom abandonnait son système de paiement «Tapit» lié à des smartphones. Le futur Paymit/Twint réussira-t-il? «C'est vrai, Twint et Paymit sont a priori peu utilisés, car les incitations sont faibles, remarque Marc Bernegger. Il faudra que le système fusionné apporte davantage au consommateur, via des bons de réductions, des coupons, un paiement hyper facile et d'autres services. Car, en face, les cartes de crédit sont un concurrent très sérieux, permettant de payer aisément sans contact».

Face à Apple

L’annonce de mercredi intervient dans un contexte particulier. Apple pourrait lancer son service Pay en Suisse d’ici à la fin de l’année. Le service, comparable en tous points aux solutions suisses, a d’ores et déjà été lancé aux Etats-Unis et en Chine. Google développe de son côté le service Android Pay. «Il est en effet possible qu'Apple arrive bientôt en Suisse, et leur force de frappe sera énorme, avec une base d'utilisateurs importante via tous les iPhones en circulation. Mais une solution suisse a des chances de lui tenir tête», estime Marc Bernegger.

Lire aussi: Paiement mobile: la guerre a débuté

«Apple pourrait ainsi devenir un acteur majeur en Suisse»

«La place financière suisse est engagée dans une course contre la montre face à Apple»

Publicité