Régulation

Mark Branson: «Le nombre de banques va probablement diminuer»

Le patron de la Finma estime qu’il ne serait pas surprenant qu’il y ait moins de banques en Suisse. Dix ans après le lancement de l’Autorité de surveillance, Mark Branson tire le bilan de la crise financière. Et décrit comment la Finma compte surveiller la libra, la future cryptomonnaie soutenue par Facebook, même si elle est interdite aux Etats-Unis

Depuis la création de la Finma, le 1er janvier 2009, la place financière suisse a traversé une période de troubles sans précédent. Directeur général de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers depuis 2014, Mark Branson revient sur l’évolution qu’a connue le secteur depuis la crise. Le Temps l’a rencontré jeudi à Genève, où il a participé à une conférence du Centre de droit bancaire de l’université.

La Finma a été lancée il y a dix ans, en pleine crise financière. Vous avez eu à gérer des événements qui paraissaient inimaginables: UBS qui a frôlé la faillite, l’abandon du secret bancaire, des amendes colossales infligées aux banques aux quatre coins du monde. Quelles leçons en avez-vous retirées?