Technologie

Mark Zuckerberg défend sa présence à Facebook

Facebook a indiqué mercredi que «jusqu’à 87 millions» d’usagers avaient pu être concernés par les vols de données via Cambridge Analytica

Empêtré dans un scandale de données détournées, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a assuré, mercredi, être toujours la bonne personne pour diriger le réseau social malgré des «erreurs» commises. Il doit être auditionné par le Congrès américain la semaine prochaine.

«Je pense que nous aurions dû mieux faire depuis longtemps», a-t-il ajouté. Il a promis d’aller s’expliquer en personne devant des parlementaires américains, très remontés contre Facebook.

Le groupe a récemment enchaîné communiqués et interviews pour tenter de redorer son image, fortement ébranlée par plusieurs polémiques. La dernière en date concerne la firme britannique Cambridge Analytica, qui est accusée d’avoir récupéré à leur insu les données de plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs pour les utiliser à des fins politiques.

Lire aussi: Face au Congrès américain, Mark Zuckerberg «sera dans une pièce de théâtre»

Facebook a indiqué, mercredi, que «jusqu’à 87 millions» d’usagers avaient pu être concernés. «Je pense que la vie, c’est apprendre des erreurs», a poursuivi Mark Zuckerberg, qui s’est une nouvelle fois engagé «à faire mieux à l’avenir», même si «aucune mesure de sécurité ne sera parfaite».

Il éloigne la rumeur de démission

Il a ajouté ne pas avoir connaissance de discussions au sein du conseil d’administration portant sur sa démission. Mark Zuckerberg étant l’actionnaire de référence de Facebook, sa mise à l’écart serait de toute façon difficile si elle devait être envisagée.

Face à des parlementaires américains très remontés, Mark Zuckerberg témoignera d’abord le mardi 10 avril lors d’une séance commune des commissions de la justice et du commerce des deux chambres du Congrès. Le lendemain, il sera entendu par la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des représentants.

Lire aussi: Comment Facebook s’est fait piéger par ses propres données

Le scandale Cambridge Analytica a déjà coûté cher au groupe, qui a vu s’envoler plus de 80 milliards de dollars de valorisation boursière depuis la mi-mars.

Publicité