Mark Zuckerberg est démuni. Le cofondateur et directeur de Facebook tente depuis quelques jours plusieurs approches pour sortir son entreprise d’une crise majeure. Mais aucune ne semble fonctionner. Le trentenaire, qui devait parler mardi à ses employés, ne parvient pas à éteindre l’incendie initié la semaine passée par Donald Trump.

Sur Twitter et Facebook, le président américain avait publié un message avertissant que les pillages, survenus après le décès de George Floyd, allaient susciter des tirs de la part des forces de l’ordre. Twitter avait en partie masqué ce message. Mark Zuckerberg s’y est refusé, expliquant que cette décision «avait été très éprouvante».